PARTAGER
image-james-match-7-playoffs-nba-2016-warriors
LeBron James a porté Cleveland vers son premier titre NBA.

Résultat NBA

 

On savait, avant le début de ce match 7, qu’il serait déjà historique, mais à ce point-là. Ce match 7 est rentré dans l’histoire et s’impose déjà comme un des matchs les plus fantastiques de l’histoire de la NBA. Au terme d’un match d’une rare intensité et d’une fin de match au couteau (93-89) face aux Warriors, les Cleveland Cavaliers sont titrés champions NBA 2015-2016.

 

Ce match restera assurément dans les annales de l’histoire et de la légende de la NBA et du sport en général. Hier soir, à l’Oracle Arena, c’est une véritable page du sport qui s’est écrite avec la victoire au bout d’un suspense insoutenable des Cavaliers de LeBron James sur les Warriors de Stephen Curry. LeBron James remporte ainsi son premier titre NBA avec sa franchise de coeur, Cleveland.

Le King a écrasé la concurrence hier soir, validant un triple-double (27 points, 11 rebonds, 11 passes) bien aidé par son fidèle cavalier Kyrie Irving (26 points, 6 passes). Mais c’est tout un collectif qui a marché sur l’Oracle Arena, hier soir, avec un J.R. Smith à 12 points et Kevin Love et Tristan Thompson (un peu plus en retrait) à 9 points chacun.

Côté Warriors, on attendait Stephen Curry (17 points) ou Klay Thompson (16 points) ou les deux. On a finalement eu Draymond Green (32 points), qui, finalement, s’est retrouvé bien seul pour calmer le feu James – Irving. Beaucoup plus adroits que leurs adversaires (50% contre 43%), les Cavaliers ont excellé dans la raquette avec 48 points inscrits dans la peinture. Dominateurs au rebond (48-39), Cleveland a réussi l’impensable, il y a encore une semaine, réussir à revenir de 3-1 à 4-3 et ainsi rencontrer le succès là où 32 autres équipes avaient échoué. Cleveland et LeBron James ont marqué l’histoire de la NBA définitivement en devenant la première équipe à réussir cet authentique exploit.

Le match est resté indécis tout le long. Les deux équipes n’ont jamais réussi à se départager de plus de 8 points, et le nombre de changements de leaders dépasse la barre symbolique des 20. Le premier quart est remporté par les Cavaliers 23-22. Mais le match ne penche ni pour une équipe ni pour l’autre. Il faut attendre le second quart-temps et le début du show Draymond Green pour voir une première tendance se dessiner. 49-42 à la mi-temps, les Warriors ayant accéléré en fin de mi-temps semblaient alors bien partis pour aller chercher le titre NBA. Mais dans le troisième quart, les Cavs recollent et prennent même 7 points d’avance.

Moment choisi par Stephen Curry pour sortir de sa torpeur et faire basculer les siens en tête d’une longueur avant le dernier quart (76-75). Vient ensuite l’ultime quart-temps de l’ultime match de la saison. Ces 12 minutes où la légende s’écrit. LeBron James veut écrire la sienne et prend le jeu à son compte permettant aux siens de se retrouver à égalité à 4 minutes de la fin de la rencontre 89-89. C’est là que le money-time pointe le bout de son nez, durant lequel aucune équipe n’inscrit le moindre point. Ni Draymond Green, impeccable au shoot jusque-là, ni Stephen Curry habituel tireur d’élite et ni LeBron James, lui-même, pourtant infernal dans les dernières minutes en temps normal n’arrivent à faire pencher la balance.

On se dit alors que ce match 7 fou va aller jusqu’en prolongations jusqu’au moment où, à l’heure où on ne l’attend plus, vient un éclair de génie. Un de ces shoots qui marquent l’histoire d’un sport. Kyrie Irving, un mètre derrière la ligne des 3 points, déclenche un shoot, à 50 secondes de la fin, qui, semble anodin, dans le contexte d’échec actuel des deux équipes. Et pourtant, le shoot fait ficelle. Grand coup de froid dans les gradins de l’Oracle Arena. En une fraction de seconde, Kyrie Irving vient de climatiser des milliers de personnes et d’embraser Cleveland. La fin de match sera parfaitement géré par les Cavaliers, plus lucides que leurs adversaires. Au final, Cleveland s’impose 93-89 au terme d’un match qui, rappelons-le aura marqué l’histoire de la NBA.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here