PARTAGER
image lakers de 1990 à la retraite de kobe bryant

 CHRONIQUE NBA

Kobe Bryant, le légendaire numéro 8 puis 24 des Lakers à tiré sa révérence. « Enfin » diront certains « Déjà » d’exclameront d’autres. Pour beaucoup, Kobe Bryant c’est les 81 points inscrits en 2006 contre Toronto, les 5 titres de champion NBA, le 3ème meilleur marqueur de l’histoire de la ligue, le meilleur pour les shoot impossibles ou encore celui qui termina sa carrière par un stratosphérique match ponctué de 60 points, bien au-delà des standards habituels des joueurs prenant leur retraite. Mais Kobe Bryant, c’est aussi le garçon qui aura ramené sa franchise de cœur, pour laquelle il consacra l’intégralité de sa carrière, au premier plan d’un sport à qui il donnerait sa vie.

 

image kobe & jordan

Les 80’s ont été une période vaste pour la franchise or et pourpre avec, notamment, 5 titres de champions NBA, porté par le mythique duo Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbar (actuel meilleur « scoreur » de l’histoire). Cette période-là, pour les Lakers, sera surnommée le « Show Time ». Mais après la retraite de Jabbar en 1989 et le retrait forcé de Magic Johnson des Lakers suite à sa contraction du virus de l’immunodéficience humaine en 1991, la période des 90’s s’annonce pour Los Angeles comme une période de transition. En 1992, les Lakers sont éliminés dès le premier tour des Playoffs, même histoire l’année suivante. En 1994, les Georges Lynch, Anthony Peeler, Vlade Divac et leurs coéquipiers ne parviendront pas à amener la franchise au-delà de la saison régulière. En 1995, les Lakers réaliseront leur meilleure saison depuis la finale de 1991 avec, enfin, une série de Playoffs remportée. Ils s’inclineront au second tour. En 1996, Magic Johnson revient sur le parquet du Staples Center. Sans résultat. Les Lakers perdent dès leur entrée en lice en Playoffs et Magic Johnson, la star du « Show Time » prend sa retraite dans la foulée.

L’équipe des Lakers est en chantier, ne brille plus sportivement comme auparavant et s’enlise dans des périodes de transition sans fin. C’est dans ce contexte qu’un jeune joueur, un certain Kobe Bryant, anonyme 13ème choix de la draft 1996 est acquis par la franchise en échange de son pivot titulaire Vlade Divac. De cette année à 1999, l’équipe des Lakers impressionne par le potentiel de ses joueurs mais elle pêche souvent par manque d’expérience et ses résultats sportifs ne sont toujours pas à la hauteur de l’histoire de la franchise. Mais en 1999, les Lakers valident une saison régulière exceptionnelle avec 67 victoires. La génération si talentueuse de la franchise explose au grand jour, porté par deux chefs de file : Kobe Bryant et Shaquille O’Neal. « Shaq and Co » se hissent en finale de conférence sans encombre majeure. L’équipe semble impossible à stopper. Mais le tour suivant les opposent à une valeureuse équipe de Portland qui réussira à les amener dans un match 7 de tous les dangers au Staples Center. Ce match donnera naissance à un véritable miracle sportif. Los Angeles est mené de 15 points à quelques minutes de la fin du match. Stupeur au Staples Center. Mais finalement Shaquille O’Neal et Kobe Bryant prennent les choses en main et enflamment la salle. Les Lakers joueront bien une première finale NBA depuis plus de 10 ans. Ils iront même jusqu’à la remporter. Kobe Bryant et son coéquipier Shaquille O’Neal sont considérés comme les héros de ce succès.

La saison régulière 2000-2001 voit Kobe Bryant prendre les rennes des Lakers. Il atteint une moyenne de 29 points par match en saison régulière. Son duo avec « Shaq » est impressionnant, les deux évoqueront une relation fraternelle. Une fratrie à 60 points de moyenne par match. Au premier tour des Playoffs, le n° 8 réalise une série à 35 points de moyenne dont un match à 48 points. Prodigieux. Mais le meilleur reste à venir pour Kobe et sa franchise qui ne perdront qu’un seul match ensuite, le premier de la finale. Los Angeles remporte un second titre NBA consécutif et son duo rappelle celui du « Show Time ». La saison suivante verra le « three-peat » (trois titres consécutifs de la même franchise en NBA) avec un Kobe Bryant à plus de 30 points par match. Il recevra cette année-là son seul titre MVP d’une saison.

La saison 2002-2003 commence mal pour les Lakers avec la blessure du « Shaq ». Kobe Bryant est décrié pour son style individualiste. Il répondra en terminant 7 matchs consécutifs à plus de 40 points, une performance que seuls Wilt Chamberlain et un certain Michael Jordan ont égalés. Malgré les exploits de Kobe, Los Angeles est éliminé en Playoffs par San Antonio, futur champion.

A partir de 2004, les Lakers doivent gérer le départ de Shaquille O’Neal et la retraite de Karl Malone, Kobe Bryant devient LA grande star de son équipe. En 2006, Kobe Bryant porte son équipe jusqu’au match 7 face à Pheonix, grand favori au titre. Durant cette saison il réussira performances incroyables sur paniers venus d’ailleurs. Il battra même son record de point un 22 janvier 2006 contre Toronto (81), la deuxième meilleure marque de l’histoire, derrière les 100 points de Wilt Chamberlain. Malgré cela, les Lakers ne remporteront pas de titre jusqu’à la saison 2008-2009.

Cette année-là, Kobe Bryant, désormais n°24 de la franchise de Los Angeles, réalisera un match à 61 points avec un parfait 20/20 aux lancers francs. Il marquera plus de 32 points par match en finale de conférence et NBA. Kobe Bryant portera la franchise vers un nouveau sacre l’année suivante, son 5ème personnel. Malgré de nombreuses tentatives et son duo avec Pau Gasol, « Black Mamba » ne réussira pas la passe de 6 et vivra deux dernières saisons de galère avec de nombreuses blessures. La suite ? Vous la connaissez, 60 points pour son ultime match NBA, record de points sur la saison 2015-2016. Magnifique.

Aujourd’hui les Lakers ne font plus rêver sans leur star majeure des 20 dernières années. Mais Kobe Bryant l’assure, cette équipe se relèvera. Alors on est en droit de se demander quelles nouvelles stars et nouveaux duos viendront prendre la relève du maître Kobe.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here