image-andre-3000-classique-rap-us-anniversaire

Andre 3000 fête ses 43 ans ! [Chronique]

L’esprit de compétition a toujours fait partie du rap, depuis sa création. Le but, dans le Bronx des années 70, était d’avoir la meilleure équipe, avec le meilleur sound-system, et les meilleurs disques, par dessus lesquels les MCs débitaient leurs phases, dans le but d’être reconnu par le quartier comme “les meilleurs”. Et cet esprit de compétition nous mène, fatalement, à vouloir faire des classements, et comparer les artistes entre eux. Et les fans de hip hop sont donc ceux à qui il ne faut surtout pas poser la fameuse question : “Quel est le meilleur rappeur de tous les temps?”, sauf si vous avez 4 heures à perdre.

Les rappeurs et le public ont pleinement intégré cette notion de compétition, qu peut même mener à de vraies rivalités. Il y a quelques années, en 2013, Big Sean invitait Kendrick Lamar et Jay Electronica sur un egotrip qui fera date, et dans lequel Kendrick déclare : “I heard the barbershops be in great debates all the time, ‘Bout who’s the best MC: Kendrick, Jigga, and Nas, Eminem, André 3000; the rest of y’all, New niggas just new niggas, don’t get involved!”. Pour les non-bilingues, il nous parle des grands débats dans les salons de coiffures pour savoir qui est le meilleur rappeur en vie, et s’y inclut, aux côtés d’Eminem, Jay-Z, Nas, et Andre 3000. Un choix qui peut paraître surprenant, tant celui qui a été la moitié du groupe Outkast n’a pas la même aura et la même image que les autres cités.

Si ce choix paraît un peu étrange, c’est peut-être parce qu’Andre 3000 était à l’écart de cette compétition, de ce rap game. A l’écart, ou peut-être au-dessus, grâce à son talent, sa musicalité, son inventivité. Car si on y regarde de plus près, Andre 3000 mérite plus que largement sa place a panthéon des plus grands artistes du hip hop. Entre 1994 et 2006, il a, avec Outkast, sorti 6 albums, qui ont tous fini à la première ou deuxième place du top album, du quasiment jamais vu. Car avec son côté ouvert, musical, dansant, engagé et également terriblement hip hop, Andre 3000 a repoussé les imites du rap, et l’a fait entre dans tous les foyers, comme peu d’autres ont réussi à le faire. Et comme il a 45 ans aujourd’hui, on a voulu revenir sur son incroyable carrière, pour lui rendre un hommage bien mérité. On s’est concentrés sur son parcours avec Outkast, qui a bien plus apporté à la musique que son taff en solo (très bon tout de même).

Une success story folle

Car Andre a su mettre toutes les chances de son côté, lui qui venait d’Atlanta, et qui a rencontré son grand pote Big Boi sur les bancs de l’école. A la fin du lycée, les deux collègues s’engagent avec le label LaFace Records, un label à l’histoire assez chaotique mais emblématique du paysage musique d’Atlanta. Et peu de temps après, en 1994, alors qu’Andre a 19 ans, le groupe va sortir “Southernplayalisticadillacmuzik”, son premier album studio. Un projet marqué par une ambiance musicale assez particulière, qui se rapproche pas mal des standards West Coast / G-Funk de l’époque. Un projet magistralement mené par les producteurs d’ATL, qui ont la chance de pouvoir bénéficier du formidable bouillonnement culturel de la ville pour s’en influencer dans leur job, même si l’influence de Los Angeles est la plus palpable.

Ce premier projet fût déjà un gros succès commercial, avec une certification platine qui tombe assez facilement. Mais même s’il est excellent, ce disque n’est là que pour préparer le monde aux véritables claques qui vont suivre, à commencer par “ATLiens”, en 1996, soit deux ans après. Un projet beaucoup plus hip hop, et plus sombre également. Derrière ces flows qui semblent faciles, comme s’ils coulaient de source, se cachent la description d’une réalité extrêmement difficile, celle du hood, dont nous parlent Andre 3000 et Big Boi. Celle de jeunes qui ne pensent plus qu’à boire et fumer au lieu d’aller prendre ce que la vie peut leur donner, dégoûtés par les inégalités de plus en plus flagrantes et toutes les catastrophes que ça engendre.

Un véritable chef d’oeuvre, beaucoup moins musical, mais beaucoup plus lyrical. Cest avec celui-ci qu’on se dit qu’Andre 3000 est un des rappeurs les plus incroyables du moment. Mais avec “Aquemini”, en 1998, ils vont là encore apporter quelque chose de totalement nouveau, à la fois en termes de musicalité mais aussi de paroles. Cet album est assez novateur car il contient des instrus composées par de vrais instruments en live, et ça permet aux deux rappeurs de se démarquer en amenant un son nouveau, tout en livrant des paroles très introspectives dans lesquelles ils jettent un regard très critique sur l’évolution de la condition humaine. Un aspect qui, sans en avoir l’air, va beaucoup les influencer pour la suite, avec leurs deux projets cultes, “Stankonia”, en 2000 et “Speakerboxxx / The Love Below”, en 2003. Des projets qui leur ont rapporté une foule de disques d’or, de platine, et même de diamant, et leur ont valu une très large reconnaissance populaire ou dans la critique.

La touche sudiste et poétique

Car Outkast, et Andre 3000, ont apporté quelque chose d’assez novateur dans leur musique. Tiraillé entre les deux modèles West Coast / East Coast, Andre a voulu ramener quelque chose d’autre, quelque chose de personnel, de chez eux. Et on ressentira l’influence d’Atlanta, et ses nombreux strips clubs, trafics de drogue et réseaux de prostitution, dans tous leurs projets à partir de “ATLiens”. Andre et son pote ont remis au goût du jour la figure du Pimp, la figure populaire du Mac’ noir sapé de manière très colorée et très luxueuse, qui fait un métier horrible (proxénète) mais en étant lui-même très cool, assez apprécié, charmeur, tchatcheur, assez à l’aise finalement.

Si le côté thug était plutôt exploité par Big Boi, Andre, lui, apportait sa touche poétique et musicale, en participant activement à l’élaboration des instrus, notamment sur leur plus gros succès, “Speakerboxxx / The love below”. Mais aussi en y apportant une touche résolument poétique. Assez émotif, le rappeur n’a de cesse de nous étonner par le brio avec lequel il décrit certains de ses états d’esprit, en arrivant à parler à tous. Comme sur “Ms. Jackson”, un de leurs plus gros hits, sur lequel le MC parle de sa rupture avec Erykah Badu, qu’il aime encore au moment où sort la chanson. Si Andre 3000 a pris un trait de caractère du Pimp, c’est surtout dans sa manière de faire la fête, ou de s’habiller de manière assez extravagante (mais soyons honnêtes, ça lui va bien). Ce qui lui ouvrira les portes d’une carrière assez prolifique au cinéma, ou à la télévision, dans des séries comme “The Shield”, ou “Revolver” de Guy Ritchie.

S’éloignant de la “simple” description de la vie dans le ghetto, de ses dangers, de sa beauté (parfois), Andre 3000 va plus briller en décrivant les sentiments ressentis par les gens qui y vivent (en partant de ses propres émotions). Son rap est donc “réaliste”, dans le sens où il s’inspire de la vraie vie, et raconte des histoires plausibles, mais pas au sens Mobb Deepien ou Guruesque du terme. Il nous parle de vrais sentiments, de lassitude, de désespoir, d’envie de faire la fête, d’amour, et de la lutte entre le bien et le mal qui a lieu en chacun de nous. Aux excès de la vie nocturne proposée par Atlanta, Andre 3000 préfère l’élévation, l’engagement politique, l’introspection, en essayant de faire triompher le bien. Ces différents aspects l’auront conduit à prendre position pour la cause Noire aux USA, à travers ses messages imprimés sur sa ligne de vêtements par exemple. Ou à être un vegan hardcore pendant plus de 15 ans, avant d’arrêter, et de déclarer “C’était devenu horrible socialement. J’étais genre assis à la maison en mangeant de la salade. Tu deviens misérable, ça n’est pas bon pour toi”. Pour toute cette bonne humeur, cet engagement, cette musicalité et ces émotions, on adresse un grand merci, à un des rappeurs les plus aboutis et les plus complets de l’Histoire. Et lorsqu’on voit comment le sud des USA a dominé le rap, on ne peut s’empêcher de penser qu’il est un des rappeurs les plus influents même encore aujourd’hui, au moins pour la musicalité. Joyeux Anniversaire, Andre 3000 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*