image-asap-rocky-rap-us-album-testing

ASAP Rocky dévoile (enfin) son nouvel album “Testing” !

S’il y avait bien un événement attendu par les fans de la nouvelle vague hip hop, c’est le nouvel album d’ASAP Rocky, “Testing”. Un projet annoncé et travaillé depuis presque 3 ans, après son dernier solo, “At. Long. last. ASAP”. Il faut dire que le jeune New-Yorkais s’est fabriqué une image de nouveau pape du rap, et de créateur de tendances. Il faut avouer que depuis qu’il est rentré dans le game, le niveau vestimentaire s’est considérablement élevé, et que le rap s’est un peu “libéré” de son carcan, devenant de plus en plus varié. Les rappeurs s’autorisent à tenter plus de choses.

Un rôle d’icône, savamment marketé par ASAP Rocky qui a compris comment faire le buzz lorsqu’on a un minimum de talent. Mais justement, de nombreuses voix s’élevaient pour demander si Rocky était un mannequin Dior ou s’il lui arrivait encore de rapper. Et avec “Testing”, on a la réponse.

Musical et perché

Et la réponse, c’est que oui, évidemment, ASAP Rocky rappe, et il rappe plutôt bien. On l’entend dès les premiers tracks du projet, “ASAP Forever” ou “Tony Tone”, ou surtout sur “Praise The Lord” avec l’anglais Skepta, une véritable tuerie. Globalement, on retrouve les mêmes ingrédients qui ont fait le succès de Rocky : un kickage très bien maîtrisé, un côté incroyablement musical dans les prods ou sur les moments chantés, et une grosse, grosse dose de mysticisme. ASAP Rocky fait du rap contemporain, et comme l’art contemporain, il est rempli de codes et de références inaccessibles au grand public.

Pourtant, il arrive à toucher tout le monde en cultivant cette aura un peu mystique autour de lui. Il y a beaucoup de symbolisme dans cet album, on retrouve par exemple un interlude téléphonique avec Kodak Black (un coup de téléphone de la prison, probablement), ou ce fameux autotune poussé vers le grave plutôt que vers les aigus, qui a fait sa renommée. Bref, un projet incroyablement musical, très moderne, mais il manque quand même quelques morceaux avec la puissance d’un “1 Train”,  même si “Purity”, avec Franck Ocean, ou encore “Kids Turned Out Fine”, sont quand même très très costauds.

Bref,ça s’écoute très facilement, et on vous le conseille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*