image chilla karma chronique

Chilla part au combat avec ”Karma”

Chilla fait partie des figures qui ont bien buzzé cette année, t dont on attendait le premier projet avec impatience. D’autant qu’on a eu l’occasion de l’observer en concert (organisé par les poto du Mouv’) et qu’elle dégage vraiment quelque chose, avec sa manière de mixer chant et rap pur et dur. Il faut dire qu’elle a une jolie voix, idéale pour les chants, une jolie plume, et qu’elle même est assez charmante. Il faut dire aussi que le rap féminin a toujours autant de mal à percer en France, malgré pourtant les succès évidents d’une Keny Arkana, d’une Diam’s, ou, à moindre échelle, d’une Ladéa.

La faute, certainement, à des codes toujours aussi machistes dans l’industrie du rap, une musique souvent perfusée à la testostérone et aux trips de gangsters pour savoir ”qui encule qui”, aspect difficilement conjugable au féminin. Des problèmes de mentalités, mais aussi, de la part des rappeuses, une petite peur (peut-être?) des prises de risques, notamment au niveau de l’image, n’osant pas être excentriques et vendre un peu mieux leur personnage. Cette pudeur, ce sérieux (toutes celles qu’on a citées sont plutôt sérieuses dans leurs raps, même si Diam’s s’est faite connaître avec des titres commerciaux un peu délirants), est probablement un handicap supplémentaire qu’elles se rajoutent, à une époque où le rap est d’abord devenu un divertissement. Peut-être est-ce par peur d’être comparées à leurs homologues américaines, qui mettent beaucoup en avant leurs corps et leur côté ”bad bitch”. Ou peut-être parce que ça n’est pas dans leur nature.

Quoiqu’il en soit, ce premier album de Chilla est donc un petit événement, et on espère qu’il donnera de la force à d’autres rappeuses pleines de talent pour qu’à leur tour elles sortent leurs albums. On était intrigués, car elle rappe vraiment bien, autant le dire tout de suite, comme on a pu s’en rendre compte lors de son passage sur ”Rentre dans le Cercle”, où elle se mettait justement très bien en scène. Le clip de ”Si j’étais un homme”, et la chanson, présente sur l’album, est un concentré de plein de bonnes idées. Et son album ”Karma” en est rempli également.

Féminisme et mélancolie

Le projet s’ouvre donc sur ”Si j’étais un homme”, titre que presque tout le monde connaît maintenant grâce à ses millions de vues. Un morceau très féministe, forcément (dont le titre est un clin d’œil au morceau du même nom de Princess Aniès), dans lesquels elle décrit le connard typique sur lequel toutes les filles sont tombées une fois aujourd’hui (une sorte de Damso en plus abusé, globalement). Le féminisme va revenir souvent dans l’album, notamment sur le morceau ”Sale Chienne”, autre bon morceau de l’album, mi-dégoûté, mi-egotrip, assez subtil.

Autre aspect notable du projet, sa tristesse, et sa mélancolie, très présentes sur des morceaux comme ”Aller Sans retour”, ”Trouble” ou encore ”Chico”. Dans ce dernier, elle parle d’un amour disparu de manière assez tragique visiblement, et démonte d’ailleurs tous les clichés du connard qu’elle énonçait dans le premier morceau. De beaux exercices de style, qui se marient bien avec la voix de la rappeuse / chanteuse. Car le chant est aussi important pour elle que le kickage, un peu mois présent sur l’album.

Même si elle le maîtrise quand même, comme elle le montre sur ”Carpe Diem” ou le titre ”Millionnaire”, avec Sofiane, seul feat de ‘l’album. Un très bon projet, pour une très bonne artiste peut-être un peu trop humble dans ses sons pour devenir une star. Elle n’en a peut-être pas très envie, c’est possible. Seul petit bémol, les ambiances sont assez similaires sur tous les morceaux, et on aimerait bien la voir exercer son talent dans des univers plus différents, peut-être un peu moins tristes. Un gros big up à elle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*