image-movez-lang-classique-héritiers

[Classique] Quand Mo’vez Lang s’imposait en “Héritiers de la Rue” !

Mo’vez Lang est un groupe issu de Boulogne, plus précisément de la cité du Pont-de-Sèvres, il était initialement composé de Boulox ( Paix à son âme), LIM, Cens Nino, Kaizer et Furax qui ont rapidement été pris sous l’aile des papas du 92 : Les Sages Poètes de la rue,  notamment responsables du collectif Beat de Boul dont ils feront donc partis par la suite.

En 99 sort le premier album studio du groupe “Héritiers de la rue“, et même si seul LIM a vraiment eu un avenir musical florissant après l’aventure Mo’vez Lang, c’était comme un seul homme que les rappeurs du crew évoquaient leur quotidien et incitaient à l’unité des lascars …

Qui crée la violence ?

Le groupe a été largement boycotté par les maisons de disque malgré un franc succès, en cause ? Une non-censure assumée, une volonté ferme de retranscrire le drame de la rue sans détour pour ne pas faire rêver les mioches, et il faut bien le dire, des lyrics hardcore de chez hardcore.

Le track portant le nom de l’album ouvrira cette liste (non-exhaustive) des morceaux à retenir sur le disque, prêts ? Feu.

Le morceau “Héritiers de la rue” est un condensé de l’esprit de l’album, si la rue est sale le parler sera sale, si le quotidien est rude les lyrics et le ton le seront aussi, c’était ça la force de Mo’vez Lang.

Deuxième morceau incontournable de l’album le track “Qui crée la violence ?” qui pose une question des plus pertinentes quand aux origines de cette brutalité ambiante, de la haine entre policiers et jeunes des quartiers par exemple. LIM y évoque notamment des pratiques de répression abusives perpétrées par certains cow-boys en uniforme qui pour perquisitionner “cagoulé défonce ma porte, braque ma famille avec son arme de robocop“. Alors l’œuf ou la poule ?

Certainement sur le podium s’il devait y en avoir un, le morceau “La vie est pleine de surprises” reste mémorable notamment pour son intro interprétée par LIM qui lâchait alors l’une de ses fazes les plus mythiques à ce jour à savoir “j’pensais connaitre l’amour mais un jour la haine m’a souri“. Le morceau souligne le caractère imprévisible de la vie en elle même, parfois ironique, parfois stupéfiante au travers de plusieurs histoires en particulier celle de Basile, que Boulox Force (Paix à son âme) nous livrait dans ce track.

Le morceau suivant est sans conteste l’un des titres les plus connus de l’album, on retient (encore) la performance d’LIM toujours prêt pour une faze choc, esprit du fond d’la tess oblige. Aux antipodes de beaucoup d’autres qui n’auraient jamais dit ça, il t’incitait “si tu vois mon skeud vole le dans l’super-market” … Pour ce son le collectif accueillait Mala de la Malekal Morte qui lâchait également un couplet d’anthologie.

Pour le dernier morceau de cette liste nous avons choisis de vous (re)présenter le morceau qu’LIM nous livrait en solo, sous forme de confidences et de remise en question, mais malgré ça toujours hardcore … faut pas déconner non plus. Le titre “A 9 ans déjà” évoque sa rencontre précoce avec les halls, la rue et ses chimères, le pavé et ses ambitions d’ailleurs ” pendant que d’autres jouaient les ninjas” lui il voulait déjà “le monopole” mais comme un petit vaillant reste un petit il a “pris des coups par des plus grands” que lui … Un morceau plein de force qui parlera à tous les zonards de la première heure.

Il est clair que ce skeud reste l’un des plus gros missiles tirés en banlieue parisienne à l’année 99, et nous tenons à saluer la mémoire de Boulox, parti trop tôt et reconnu par son compère LIM comme “le meilleur d’entre nous”. Merci à Mo’vez Lang pour cet album anthologique !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*