Hit-Boy : le top 10 de ses meilleurs beats

-

Le producteur californien Hit-Boy a eu une autre année prolifique en 2021. À bien des égards, les producteurs sont les héros méconnus du hip-hop. Exception faite des rappeurs qui sont également beatmakers et qui se suffisent à eux-mêmes, toutes les autres superstars sont redevables aux producteurs pour une simple raison.

Ils peuvent sortir les paroles les plus envoûtantes du monde, mais s’ils n’ont pas d’instrumentaux tout aussi passionnants pour les accompagner, ils n’iront pas plus loin que le cypher freestyle.

Ainsi, dans chaque décennie, il y a eu des producteurs qui ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration du son de l’époque. En ce qui concerne les années 2010 et suivantes, peu sont ceux qui peuvent rivaliser avec Hit-Boy, couronné à juste titre producteur de l’année dans la toute nouvelle couverture numérique de HNHH.

Retour sur les débuts de Hit-Boy dans la production musicale hip-hop

A l’état civil Chauncey Hollis, Hit-Boy a débuté en qualité de producteur à l’âge de 16 ans. Il a été ensuite découvert sur MySpace par un autre titan du beatmaking, Polow Da Don, avant de devenir l’homme de confiance de Kanye West. Hit s’est hissé au rang d’éternel producteur au milieu des années 2010, voyant sa philosophie consistant à créer des beats « à l’épreuve des haineux » porter ses fruits. Conçu de telle sorte que « vous êtes obligé de les aimer même si vous ne le voulez pas », Hit-Boy a toujours cherché à être intemporel.

Immortalisé à jamais sur la chanson « 0 to 100/The Catch-Up » de Drake qui proclame : « Je devrais probablement signer avec Hit-Boy parce que j’ai tous les hits », le producteur basé à Los Angeles a travaillé avec les plus grands noms du hip-hop et du R & B. Sa relation avec Ye s’est détériorée après sa décision de travailler avec Beyonce qui a provoqué une mésentente inattendue.

Cependant, Hit-Boy n’a jamais cessé de produire et, dans la seconde moitié de la décennie, il a connu une renaissance de sa carrière qui l’a replacé au sommet de la hiérarchie.

Après avoir travaillé une fois de plus sur l’album Magic de Nas, le moment est venu de faire une rétrospective du parcours exceptionnel de Hollis. Celui-ci englobe non seulement ses débuts légendaires, mais aussi tout ce qu’il a fait au cours des deux dernières années et plus encore. 

Sélectionnés sur la base de la perfection sonore et de la pertinence historique, voici nos choix pour le top 10 des meilleures productions hip-hop de tous les temps de Hit Boy.

Mentions honorables 

Avant de commencer ce classement, nous avons jugé important de faire mention honorable pour ces premiers beats légendaires produits par Hit-Boy alors qu’il était encore un simple producteur.

Lil Wayne – Drop The World

Lorsque Hit-Boy s’associe à un membre de l’âge d’or de Young Money, il y a de fortes chances que la magie opère. Sa litanie de beats emblématiques pour Nicki Minaj (« Come On A Cone », « I Am Your Leader ») ont apporté des doses d’electronica pétillante à son catalogue dans la série « Pink Friday : Roman Reloadedera ». Hit-Boy a également joué un rôle crucial dans « Rebirth » de Weezy. 

Avec sa lente montée en puissance et son refrain en forme de crescendo, Hit-Boy a réussi à fusionner le hip-hop et le rock mieux que quiconque sur ce projet. Accentué par la batterie de Travis Barker et un couplet phénoménal d’Em, Hollis a fait un tabac. Cependant, un mixage légèrement brouillé et compressé empêche ce titre de gagner une place au sommet quand il est flanqué d’un tel sans-faute.

Hit-Boy ft Kid Cudi – Old School Caddy

D’une manière générale, les plupart des fanfares qui entourent Hit-Boy proviennent de ses contributions au catalogue d’autres personnes. Cependant, ce serait faire preuve de négligence que de ne pas tenir compte de son travail tout au long de sa carrière solo en tant que producteur/rappeur. Il en va de même pour son travail aux côtés d’artistes internes de Hits Since 87 tels qu’Audio Push et K Roosevelt.

En guise de clin d’œil à cette partie de sa discographie souvent sous-médiatisée, nous avons le titre « Old School Caddy », assisté par Cudder, qui mérite plus de publicité qu’il n’en reçoit actuellement. Déposé au même moment où il créait des hits club-rocking, ce morceau décontracté, inspiré de la Californie, montre l’indéniable polyvalence de Hit.

Une production qui partage davantage de caractéristiques cellulaires avec Souls Of Mischief et Dilated Peoples qu’avec l’un de ses succès commerciaux, c’est un regard sur ce qui aurait pu être s’il avait choisi de continuer à canaliser toute son énergie dans son propre art.

10. Pusha T – My God (2011)

Étant donné qu’il est presque universellement acclamé, il est difficile de trouver un beat de Hit-Boy qui soit « sous-estimé ». Cependant, s’il y en a un qui est moins acclamé que les autres, c’est cette composition envoûtante tirée du projet « Wrath Of Caine » de Pusha T en 2011.

Menée par des percussions militaristes, des lignes de guitare criardes et des éclaboussures extatiques d’orgue gospel, elle illustre parfaitement ce qui peut arriver lorsque le producteur et l’artiste ont quelque chose à prouver. Une toile parfaite pour que Pusha puisse étoffer ses histoires de guerre dans son style unique et captivant, « My God » est un hymne qui n’a jamais trouvé l’audience qu’il méritait.

09. Benny The Butcher – Legend (2020)

La façon dont Hit-Boy s’est occupé de la production de « Burden Of Proof » en 2020 est tout simplement impressionnante. De la musique soul à la musique plus menaçante, c’est un projet qui a montré sa diversité dans tous les sens du terme.

Cependant, s’il y a un morceau qui définit ce que le projet représente pour la carrière de Benny The Butcher, c’est bien « Legend ». Célébrant le ton et l’exécution, « Legend » ressemble à l’aboutissement du parcours de Benny, du cracheur underground au prince héritier de la calligraphie du coke-rap.

Construit sur des touches triomphantes et un échantillon vocal subtil et récurrent qui sonne comme un véritable cri de joie, c’est un morceau qui est maintenant synonyme de la nouvelle stature de Benny dans le jeu. Mieux, avec un peu de chance, nous verrons plus de la paire dans les années à venir.

08. Kanye West, Jay-Z & Big Sean – Clique (2012)

Lorsqu’il s’agit de créer de la musique qui sonne à une échelle gargantuesque, peu le font avec l’efficacité ou la simplicité de Hit-Boy. Parmi les nombreuses contributions qu’il a apportées au Cruel Summer de GOOD Music, Hollis a livré un beat à la hauteur du niveau de talent que l’on retrouve sur Clique avec Ye et Jay-Z

Des lignes de basse déformées aux éclats de chorale théâtrale, cet instrumental a une aura qui le rendrait parfait pour la bande-son de l’arrivée d’une équipe de super-vilains dans le dernier blockbuster du MCU. Au lieu de cela, il est utilisé comme base de l’un des morceaux les plus emblématiques de la dernière décennie et fonctionne tout aussi bien dans ce contexte.

07. Big Sean – Deep Reverence (2020)

Avant son décès, feu Nipsey Hussle et Hit-Boy avaient trouvé leur rythme de croisière en tant qu’unité. À tel point que lorsque vous écoutez des morceaux tels que « Fear Of God » de Conway The Machine, le son de Nipsey demandant « Ayy, Hit, when we gon’ do some shit likeâ this,â my n***a ? » est utilisé comme tag de production.

En plus de cela, les deux hommes ont gagné un Grammy pour la meilleure performance rap avec « Racks In The Middle » ft Roddy Rich. Malheureusement, Nipsey n’a jamais pu voir leur victoire, mort froidement assassiné. Il est donc normal que lorsqu’il s’agit de morceaux de Nipsey publiés à titre posthume, Hit-Boy supervise les meilleurs d’entre eux.

Tiré de Detroit 2 de Big Sean, « Deep Reverence » est un autre exemple incroyable de la façon dont Hit-Boy peut prendre une section d’un morceau dans une bibliothèque de samples et l’élever à des hauteurs divines.

Avec des synthés spatiaux souvent associés à des groupes psychédéliques modernes tels que Tame Impala, Hit-Boy construit la base parfaite pour que Sean et Nipsey puissent échanger des paroles perspicaces sur les épreuves et les tribulations de leur vie. Ce faisant, il crée une autre avenue merveilleuse par laquelle son ami et collaborateur déchu peut vivre pour toujours.

06. Travis Scott – Sicko Mode (2018)

En se liant pendant les sessions du deuxième projet de Travis, LaFlame a rapidement réalisé qu’il avait trouvé un allié précieux. Ainsi, lorsqu’il a commencé à travailler sur son troisième album studio, « Astroworld », il n’a pas tardé à charger Hit-Boy.

Tel qu’il a produit Way Back sur « Birds In The Trap Sing McKnight », il l’a chargé de créer de nouveaux sons. Il s’avère qu’il a sculpté la première partie de l’un des morceaux les plus emblématiques de Travis le soir même de la sortie de son deuxième projet.

Parlant de la création de « Sicko Mode », ou plus précisément de la première partie du morceau, Hit-Boy a révélé qu’il était pour le moins satisfait de son travail.

« J’aime beaucoup ça, mec. Je pense définitivement que la façon dont cette merde se détache, ça sonne juste massif. Et le plus froid, c’est qu’on a fait cette chanson la nuit de la sortie de « Birds in the Trap ». Travis m’a appelé par FaceTime et m’a dit : « Yo, j’ai une session, j’ai besoin que tu m’envoies de la merde ». Avoir à garder cette merde pendant si longtemps, c’était comme : Putain, ces enculés pensent que je ne suis pas chaud en ce moment, mais je suis assis sur une merde folle ».

Comme cela a été révélé récemment, ce rythme était si recherché que Hit-Boy a même dû refuser les tentatives de Jay-Z pour s’en emparer. Mais quand on écoute le résultat final, il est difficile d’imaginer quelqu’un d’autre que Travis et Drizzy sur l’un des beats les plus immersifs et futuristes de Hit-Boy de tous les temps.

05. Nas – Ultra Black (2020)

À l’époque où Hit-Boy faisait gravir à Benny The Butcher un nouvel échelon, Chauncey Hollis se préparait à donner un nouveau souffle au catalogue de l’un des plus grands de tous les temps.

Poursuivi par les affirmations selon lesquelles ses choix de rythmes l’avaient freiné, Nas a finalement fait appel aux services de Hit-Boypour King’s Disease en 2020 et sa suite en 2021. Pour sa surprise unique de la veille de Noël, Magic, le rappeur a encore fait appel au producteur émérite, et d’autres projets encore sont en préparation.

S’il avait été facile de choisir n’importe quel morceau de ces collections immaculées (« 27 Summers », « Full Circle », « Death Row East » et « Nobody » s’imposent à l’esprit), le premier single de cette époque semble être le choix logique. Délicat et pourtant inavouable à la fois, « Ultra Black » a revigoré Nasty Nas d’une manière que beaucoup n’auraient pu imaginer un an plus tôt.

Aussi extraordinaire que soit sa production jubilatoire, ce n’est pas seulement le rythme lui-même, mais ce qu’il représente qui assure à « Ultra Black » une place dans cette liste. Bien que Hit-Boy ait accompli beaucoup de choses dans sa carrière, la création des albums qui ont finalement permis à Nas d’obtenir un Grammy est quelque chose que peu de gens peuvent espérer égaler.

04. Drake – Trophies (2013)

Parfois, le bon rythme arrive au bon moment et résume complètement la situation d’un artiste à ce stade de sa carrière. Bien qu’elle ait depuis pris une seconde vie en tant que chanson thème pour le Stephen A Smith Show d’ESPN, on ne peut pas sous-estimer l’ampleur de « Trophies » lorsqu’elle a été lancée.

Sorti juste avant « Nothing Was The Same », « Trophies » était un exercice dans lequel Drake affirmait sa place au sommet de la montagne et rappait avec une confiance non dissimulée que nous avons rarement entendue depuis. Enjolivé par des cuivres qui font froid dans le dos, si l’intention était de faire un morceau qui annonce l’arrivée d’un roi, ça a marché.

03. A$AP Rocky – Goldie (2012)

Après avoir formellement annoncé son entrée dans le jeu sur une plateforme de production brumeuse et imbibée de prométhazine qui semblait venir directement du sud sale, ASAP Rocky a dû prouver qu’il avait autre chose à offrir. C’était au moment où il était prêt à livrer ses débuts sur un label majeur, Long Live A$AP.

Pourtant, en publiant « Goldie » comme premier single du projet, Flacko a réussi un coup de maître qui a mis fin à toutes ces discussions. En conservant des éléments de la voix hachée et vissée de son prédécesseur, le son brillant et exaltant de Hit-Boy a prouvé que Rocky n’était pas un poney à un coup.

Taillé sur mesure pour un artiste de son charisme et de sa gravité, Rocky glisse sur ce rythme tandis que les mélodies méticuleuses du clavier de Hit-Boy ajoutent juste ce qu’il faut de contraste à ses percussions distordues. En termes de premier single dans le catalogue de Flacko, il n’a sans doute pas encore été égalé.

02. Kendrick Lamar – Backseat Freestyle (2012)

Parmi les pièces maîtresses de l’impeccable Good Kid M.A.A.D City de Kendrick Lamar, la synergie entre K. Dot et l’instrumental inflexible de ce morceau est presque d’un autre monde. Aussi, lorsque Hit-Boy a révélé que ce titre avait été initialement conçu pour Ciara, il était difficile d’imaginer qu’il n’avait pas été pensé uniquement pour Kendrick.

Avec une batterie et des basses tellement percutantes qu’on frôle la surcharge sensorielle, Kendrick s’attaque à ce rythme avec une ténacité inhumaine qui traduit son exubérance juvénile

S’achevant sur une conclusion frénétique où K. Dot crache comme si sa vie en dépendait, ce morceau a marqué les véritables débuts de la perception de Lamar comme étant plus qu’un autre espoir de la côte ouest. Au contraire, cet instrumental propulsif a fait ressortir un Kendrick motivé et affamé, capable de conquérir le monde. Et pour cela, ce morceau qui a marqué l’époque restera dans l’histoire comme la naissance d’un phénomène.

01. Jay-Z & Kanye West – N****s in Paris (2011)

Aussi inévitable que soit son inclusion, on ne peut pas nier qu’à l’époque de son lancement, « N****s In Paris » était la plus grande chanson du monde, sans exception. Aujourd’hui certifiée 9 fois platine, c’est la chanson qui a défini l’ère du globe-trotter de Jay-Z et Kanye West, souvent interprétée plus d’une douzaine de fois d’affilée pendant leurs concerts.

Avec ses samples désormais iconiques de « Blades Of Glory », ses synthétiseurs qui bipent et ce beat-switch quasi souterrain, c’est un morceau qui nous survivra tous et même plus. Hit-Boy a récemment révélé que son succès avait presque faussé son idée de ce qu’un morceau devait accomplir. Toutefois, ce morceau qui a été crucial pour se faire un nom et sa place dans son histoire ne peut absolument pas être négligé.

Quel a été votre beat préféré du producteur Hit-Boy dans notre liste ? Si votre coup de cœur n’y figure pas, dîtes-le nous en commentaires.

Ambro Ola
Ambro Ola
Titulaire d’une licence en linguistique anglaise, je suis web rédacteur, content-manager. Je nourris une passion toute particulière pour l’art_ la poésie et la musique en l’occurrence. Bercé dès le jeune âge par les vers renversants des légendes du hip-hop tels que Eminem et Youssoupha, j’ai nourri très vite et mûri en grandissant, une forte affection pour le rap, la parole vivante, qui sait se faire tendre, instructive ou agressive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous