AccueilInterviewsBirdman s’exprime sur son influence dans l’industrie musicale, et...

Birdman s’exprime sur son influence dans l’industrie musicale, et les différentes rumeurs sur sa personne

-

Big Bank et DJ Scream sont de retour avec un nouvel épisode du podcast « Big Facts« . Sur le dernier épisode de cette nouvelle série, l’équipe a reçu Birdman, directeur musical et cofondateur de la maison de disques. Le patron de Cash Money Records a abordé plusieurs sujets, notamment les rumeurs entourant ses affaires souvent critiquées, sa contribution à l’industrie musicale, et bien plus encore.

Une soif inassouvie de reconnaissance

Depuis qu’il a créé son label de musique avec son frère aîné Ronald « Slim Williams au début des années 90, Birdman a signé certains des plus grands succès notamment Lil Wayne, Juvenille et bien d’autres. Cependant, avec son expérience dans l’industrie, Stunna, dont le vrai nom est Bryan Christopher Williams, a le sentiment de ne pas être reconnu à sa juste valeur. « Je peux dire ceci ici. Je bénis plus de vies que n’importe lequel de ces mecs qui font ce que je fais », a exprimé l’homme de 52 ans, précisant que ses intentions ne sont pas de manquer de respect aux autres figures du métier. « Mais il n’y a personne qui a fait plus de emcee que moi. Aucun nigga dans le jeu. Ma liste est longue. » Il ajoute : « Mais, je n’ai pas le [crédit] et je ne trébuche pas. Je m’en fous parce que j’ai l’argent. C’est ce qui compte le plus pour moi, plus que tout. Je pense juste que parce qu’on est du Sud, on n’a pas le respect. » Le propriétaire du label a ensuite énuméré d’autres dirigeants qui, selon lui, ne sont pas reconnus à leur juste valeur, notamment Pierre « Pee » Thomas de Quality Control et Anthony « Top Dawg » Tiffith de Top Dawg Entertainment, également connu sous le nom de TDE.

Birdman donne un avis sur la génération actuelle de rappeurs

Birdman a également parlé de la jeune génération de rappeurs. Les fans ont constaté des tendances alarmantes chez les nouveaux groupes en ce qui concerne la drogue et la criminalité. Le rappeur de « Still Fly » affirme que cela n’a rien de nouveau et que le phénomène s’observe au niveau de toutes les générations d’artistes. Selon lui, les progrès technologiques ont simplement permis de créer une plus grande audience public, ce qui, en fin de compte, laisse plus de place aux drames, aux scandales et à la critique. « Vous avez des jeunes niggas de nos jours qui sont tous en train de faire la fête. C’est pour ça qu’ils vont tous au bagne », a-t-il dit. « J’étais comme ça aussi, alors je ne peux rien dire à ce sujet. Je vis comme eux… Tous ces trucs qu’ils font, on le faisait aussi, mais maintenant je pense que la technologie est différente. Ils ne pouvaient pas nous surveiller. J’étais un mauvais garçon, on était vraiment des voyous. On se battait comme eux se battent. Maintenant, avec les médias sociaux, ils peuvent nous attraper plus vite. » En fin de compte, Birdman veut que les jeunes artistes comprennent « qu’ils peuvent devenir puissants grâce à l’argent et pas uniquement grâce à la célébrité.

Et les rumeurs d’abus sur les artistes?

Plus tard, il a apporté des éclaircissements sur les rumeurs de longue date selon lesquelles il volerait ses artistes. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il ressentait lorsqu’il entendait des propos accablants à son sujet, le rappeur de « Leather So Soft » a répondu qu’il ne le prenait pas personnellement, mais a maintenu : « Je n’ai jamais volé aucun nigga. Je bénis toujours les négros. […..] J’ai eu quelques incidents au début parce que j’étais vraiment jeune dans cette merde. Je ne connaissais pas mieux », a-t-il expliqué. « Mais si j’avais un problème, je le réglerais. Je payais n’importe quel négro. Souviens-toi que j’étais jeune. Je vous le dis, j’avais 20 ans. Il s’est passé beaucoup de choses au début, mais je ne sais pas. Et je suis avec ces blancs et ils ne s’occupent pas du business. [Je ne sais pas vraiment, mais tous les nègres qui ont eu des problèmes, de mon fils jusqu’en bas – et je lui ai donné 50 millions – et j’ai réglé le problème. » Birdman a également abordé ses contentieux financiers avec Wayne, qui a poursuivi Cash Money pour 51 millions de dollars en 2015, affirmant que le label avait violé les termes de son contrat et fait la mise sur des millions de dollars qui lui étaient destinés, après avoir retardé son album Tha Carter V à plusieurs reprises. Les parties sont finalement parvenues à un accord en 2018.

Avec un peu plus de trois décennies dans le jeu, Birdman dit que sa motivation à continuer vient du fait qu’il sait qu’il peut « continuer à bénir les jeunes niggas. » Il a ajouté : « Je veux continuellement rendre ces niggas millionnaires et superstars. » Tout ce que le CEO demande, c’est que ses artistes « restent à 10 doigts de pied » et « ne deviennent pas un nouveau nigga ».

YouTube video
Sidoine
Sidoine
Journaliste et traducteur EN-FR, je suis passionné d'Internet, de technologies, de crypto-monnaies et de musique, le Rap tout particulièrement. Je suis tombé dans le chaudron de MC Solaar lorsqu'avec l'aide du druide Jimmy Jay, il préparait l'album Qui sème le vent récolte le tempo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous
Hip Hop Corner

GRATUIT
VOIR