spot_img
spot_img

Knucks, l’étoile montante du rap UK

-

L’artiste londonien commence à faire parler de lui outre-manche et se démarque déjà comme l’un des artistes britannique les plus talentueux de sa génération.

Bercé au jazz et au boom bap, le jeune rappeur venant tout droit des quartiers nord de Londres a aujourd’hui à son actif un album et un EP. Malgré une jeune carrière, Knucks peut d’ores et déjà se vanter de proposer une diversité musicale conséquente et des concepts innovants. Entre ambiance planante et jazz, Knucks fait l’effort que beaucoup ne font plus : donner un sens à un projet. Portrait d’un poids lourd en devenir.

Knucks

Premièrement, la structure des morceaux de Knucks est différente du paysage anglais qui l’entoure. En effet, alors que la grime et la drill fonctionnent à merveille en Angleterre, le rappeur s’accapare plus un style musical jazzy, qui rappelle les débuts du rap aux Etats-Unis. Et même si on retrouve fréquemment des hommages au grime dans ses morceaux où des structures de prods semblables à de la drill comme sur “Home”, Knucks tire ses influences d’outre-Atlantique, précisément de New York. Il avouera même que sa plus grande influence musicale n’est autre que le légendaire Nasir « Nas » Jones.

Cette influence de Nas se reflète notamment clairement dans le titre de son premier projet Killmatic, sorti sur Soundcloud en 2014, entièrement produit par lui-même. Ce dernier offre alors un aperçu très prometteur de son potentiel, et découle de prod « smooth » et « jazzy » qui seront par la suite l’une des marques de fabrique du rappeur. Conscient de son talent, Knucks sort ensuite deux single sur les plateformes de streaming : le génialissime « Breakfast at Tiffany’s » et “21 Candles”. Ces deux morceaux lui feront s’attirer les faveurs de majors, dont Island Records, avec qui il signera quelques temps après.

NRG 105

Disposant d’un bon pactole pour mettre en avant ses projets futurs, Knucks va prendre son temps pour donner naissance à son premier projet, alias NRG 105 en 2019. Dans ce dernier, teinté d’une couverture aux allures vintage, l’artiste propose à l’auditeur de plonger dans une radio fictive nommée “NRG 105″.

En lançant la première track, on découvre alors un passage où l’on entend un homme démarrer son véhicule, cherchant une bonne fréquence pour écouter sa musique matinale. Le personnage tombe alors sur la radio éponyme du projet et Knucks lance ses rimes avec le morceau “Blessings”. S’ensuit une publicité fictive, celle d’un burger nommé “big kahuna”. Cet étrange interlude est plutôt amusant et permet aux auditeurs de rentrer dans l’histoire et l’esthétique que propose le rappeur. Par la suite, l’EP devient plus sérieux avec des morceaux qui remettent en cause la jeunesse comme “Rice & stew” ou bien encore des hommages à la gente féminine comme “Gwen Stefani”. Viennent alors des morceaux différents de ce que proposait jusqu’alors Knucks, comme “Diddy” avec Wretch 32, que l’on pourrait plutôt classer dans la trap music.

Arrive ensuite l’un interlude nommé “Breaking News”, qui annonce le meilleur morceau du projet. Dans ce passage, une journaliste s’exprime quant aux événements récents survenus en plein cœur de Londres : un jeune adolescent vient de subir une attaque au couteau. Et alors que la présentatrice rappelle le nombre de  meurtres dans la capitale, le piano de l’ultime morceau du projet “Home” résonne.

Dans cette émouvante chanson, Knucks raconte ses problèmes avec la rue et ses frasques. On remarque une sorte de storytelling où l’on suit l’homme qui vient de se faire poignarder dans une fête. On découvre donc comment l’artiste s’est fait trahir par sa petite amie “Anna”, comment il a évité son foyer et sa mère pour finalement devenir victime d’un coup de poignard. Lugubre mais poétique, ce morceau est actuellement le plus grand succès de l’artiste avec plus de 5 millions de vues sur Youtube.

London Class

Un an plus tard, Knucks sort London Class. On le retrouve cette fois-ci dans un registre plus mélodieux et plus accessible. Les thèmes abordés y sont identiques, mais on remarque tout de même un accent londonien plus prononcé avec des titres comme « Duchess »« Thames ». Concernant le concept, Knucks dit adieu à la radio pour faire connaissance avec le restaurant « London Class », qui est censé le représenter. Musicalement parlant, le projet est très jazzy, avec plusieurs apparitions d’instrument de cuivre tout le long de l’opus. On remarque aussi plus de collaboration que dans le premier projet, tandis que l’on retrouvé Knucks aux côtés de Loyle Carner et Venna sur l’ensoleillé « Standout » ainsi que Sam Wise sur le sublime « Fxcked Up ». London Class est finalement plus mélodieux que NRG 105 avec des évolutions dans les parties vocales de Knucks qui se montrent très versatiles. Un projet plus qu’encourageant pour la suite de la carrière du rappeur.

Depuis, le rappeur a sorti un superbe single, intitulé « Los Pollos Hermanos », qui a notamment gagné sa place dans notre top 10 des morceaux rap US & UK de mars 2021. On a aussi pu le retrouver aux côtés d’un autre rappeur anglais porte étendard de ce sous-genre, à savoir DC. Leur titre commun, « Bobby & Rowdy », est sublime est pourrait permettre à plusieurs fans de rap de se pencher sur ces deux artistes, en pleine expansion.

On attend dorénavant la suite de l’histoire de Knucks, qui ne devrait pas tarder à se hisser au rang des grands nom du rap UK. Peut-être qu’un petit coup de pouce de la part des rappeurs plus connu comme Skepta ou Stormzy lui ferait du bien. Et pourquoi pas A$AP Rocky, côté US…?

Découvrez également : Ikaz Boi, itinéraire d’un surdoué

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous