AccueilRap français : Actualité, sorties d'albums et sons du momentMédine : A quoi pourrait-on s’attendre de son huitième album...

Médine : A quoi pourrait-on s’attendre de son huitième album ?

-

Plus d’un an après la sortie de son dernier album « Grand Médine », le rappeur du label Din Records prépare son grand retour dans les charts avec un nouvel album plus engagé que jamais. Pour annoncer les couleurs de cet opus très attendu, Médine a dévoilé deux extraits inédits qui ont reçu un accueil triomphal auprès du public.

 Médine a également opté pour un retour entièrement en solo sans la moindre collaboration, mais il proposera un morceau conçu à base des vocaux de ses haters et une carte d’identité française en guise de cover. En attendant de découvrir cet opus le 13 mai prochain, on vous donne un aperçu de ce a quoi on peut s’attendre de ce huitième album de Médine.

Des textes très engagés à l’instar des premiers extraits

A quelques jours de la sortie de son nouvel album, Médine a mis de l’eau à la bouche de ses fans en dévoilant le 23 mars dernier le premier extrait de cet album, qui porte d’ailleurs le titre de l’album Médine France. Avec un texte très engagé, le morceau a suscité une vive polémique au point de faire réagir ses détracteurs qui ont d’ailleurs incendié la boîte aux lettres de son domicile. Preuve que la cible a été atteinte. En matière de chiffres, le titre a connu une ascension fulgurante et est même allé chercher le million de vues en un laps de temps.

Après ce premier avant-goût punché, Médine a balancé le deuxième extrait, Saint Modeste. Sorti il y a quelques jours, ce titre introspectif est comparable à un autoportrait, qui laisse entrevoir ses moments de légèreté : “Tu fais des concerts pour les CE, j’fais des concerts pour les bandeaux de CNews” ; “le budget juridique, chez nous, a remplacé l’budget marketing”. Aussi, le rappeur a fait allusion à ses moments les plus sombres et durs : “Mon père a chassé les skinheads, en 1987 / Plouf-plouf au fond d’la Seine, les ancêtres du RN / Trente ans plus tard, je m’en souviens encore quand il boxait toujours en amateur / Le cri d’un homme dans la tribune Nord : “un bon Arabe est un Arabe mort”.

En jetant laconiquement un coup d’œil à la tracklist de cet opus, l’on peut d’ores et déjà réaliser que ce huitième album s’annonce très fracassant et laisse présager un retour captivant, à voir  même  le temps qui a été consenti à sa préparation.

Des Jeux de Mots fondés sur des ressemblances de sons

C’est le domaine de définition de Médine : Le rappeur ne va sans doute pas manquer de proposer des calembours, des jeux de mots pour le bonheur de ses fans. Médine France / Made in France est donc venu s’ajouter à une liste longue comme une barbe de boulehya : Prose-élite / Prosélyte ; Don’t Laïk / Don’t like ; Alb’homme / Album (ok celle-là, c’est pas la meilleure) ; Faisgafatwa / Fais gaffe à toi ; MC Soraal / Mc Solaar ; etc. Il y a de quoi espérer bien évidemment retrouver d’autres calembours plus corsés dans les textes de cet opus. Cet exercice à priori difficile, est quand-même très agréable lorsqu’il est suffisamment parsemé tout au long d’un projet.

Des répliques inédites à ses détracteurs

Même si les avis restent divergents sur  le rappeur qui a la pire fan-base du rap français, Médine semble mettre à la touche Booba et Vald qui ont longtemps tenu le haut du pavé, mais également Freeze Corleone, Nekfeu ou encore PNL qui ne sont pas des moindres. En effet, au lieu de passer son temps à garder une posture défensive en se justifiant à tout bout de champs face à des accusations, Médine a préféré prendre le taureau par les cornes en multipliant les attaques contre ses détracteurs. Et comme si cela ne suffisait pas, le rappeur du Havre a pris le dessus sur le camp adverse et répond désormais avec suffisamment de recul et de légèreté pour montrer sa longueur d’avance. Il y a donc de quoi s’attendre à de cinglantes répliques.

Un gain en sympathie

Considéré il y a quelques années comme un personnage austère qui ne sourit presque jamais, Médine a beaucoup changé ces dernières années aussi bien au niveau de sa musique que dans sa vie privée qu’il partage parfois avec ses fans sur les réseaux sociaux. Pour preuve, le rappeur apparait aujourd’hui comme un père de famille très amusant, attentif qui fait des concours de gros mots avec ses enfants. Cette belle performance s’est avérée salutaire pour Médine, qui n’a jamais été totalement ce rappeur au visage rigide, mais qui ne montrait pas toujours les autres facettes de sa personnalité.

Un examen de conscience

Médine se fout pas mal désormais des critiques de ses détracteurs et c’est bien la raison pour laquelle il n’hésite d’ailleurs pas à provoquer les polémiques. Cependant, l’un de ses points faibles reste le fait qu’il a tout de même assez de recul sur lui-même. Personnage plein de contradiction et unique en son genre, Médine prend parfois le temps de porter un jugement sur son comportement, sur ses erreurs commises, avec pour objectif de s’améliorer lorsque le besoin se fait sentir.

En plus d’être enclin à l’autocritique, le rappeur ne manque jamais à taper sur ses propres compatriotes ou ses coreligionnaires. Dans Médine France par exemple, il condamne bien sûr le pays dans lequel il vit : “j’suis pas Made in France quand j’vois les étudiants d’vant le CROUS faire la queue pour obtenir la moitié d’un casse-croûte”, mais aussi celui de ses origines, “j’suis pas Made in Algérie des généraux, un seul héros c’est le peuple et y aura jamais à changer les rôles”, tout en taclant la politique des pays musulmans “j’suis pas Made in Saoudia, ni d’la Mecque, ni de Riyad, qui font payer les vieillards plus d’3K le pèlerinage”. Les musulmans sont d’ailleurs souvent ciblés par le rappeur, aussi bien quand il questionne leur foi “les prières sont plus sincères à l’hôpital qu’à la mosquée” que quand il point le doigt sur leurs contradictions “porte le hijab sur ton profil Tinder, acquitte la zakat avec biff de dealer”.

La puissance portuaire du Havre

Parmi les 14 nouveaux titres, avec des productions de Kaonefy, Unfazzed, Tortoz, Le Motif, Redzol ou encore Junior Alaprod, la jeunesse du Havre n’a peut-être pas encore constaté la présence d’une référence étonnante qui s’est cachée dans la tracklist de Médine France. Il s’agit de “La puissance du port du Havre”, ce cinquième piste de l’album, qui renvoie en effet au Frunkp, un single signé Alphonse Brown, alter-ego de Michael Youn. Il est donc clair que Médine fera l’éloge de sa ville et dira toute sa fierté d’appartenir à la région 76. 

https://youtu.be/Edazq_ncSyM
Ambro Ola
Ambro Ola
Titulaire d’une licence en linguistique anglaise, je suis web rédacteur, content-manager. Je nourris une passion toute particulière pour l’art_ la poésie et la musique en l’occurrence. Bercé dès le jeune âge par les vers renversants des légendes du hip-hop tels que Eminem et Youssoupha, j’ai nourri très vite et mûri en grandissant, une forte affection pour le rap, la parole vivante, qui sait se faire tendre, instructive ou agressive. Retrouvez moi sur Twitter ou Linkedin !
Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous