in

DJ Pone et Le Rat Luciano le disent : « C’est pour mon clan » ! [Inédit]

image dj pone le rat luciano c'est pour mon clan
DJ Pone, Le Rat uciano, et toute la Fonky Family.

Vos êtes forcément au courant, mais on va le rappeler : la Fonky Family fait partie des groupes mythiques du rap français, avec leurs deux albums qui ont atteint le platine sans trop forcer (l’or pour le troisième), et surtout, leur rap de rue qui a fait d’eux la voix de millions de jeunes désabusés. Leur sincérité, leur authenticité et leur talent pour les histoires racontées en rimes en ont fait les idoles d’une génération, un peu malgré eux. Aujourd’hui officiellement séparé, ne restent d’eux que les souvenirs, et les classiques.

Mais DJ Pone, qui était le beatmaker de la FF, continue à dévoiler des morceaux inédits petit à petit sur son compte Youtube. Le dernier en date, « C’est pour mon clan », est un énorme solo du Rat Luciano.

Le Rat Luciano, pour le vrai hip hop

Le Rat et la FF ont toujours milité pour un rap français de qualité, voulant dire quelque chose, avec du talent. Plusieurs fois, ils ont dans leurs morceaux décrit la chasse aux faux MCs et aux mauvais rappeurs. Avec cette phase qui revient sur quelques autres morceaux de la FF : « de la merde dans la rue et du hip hop dans les FNAC, du hip hop dans la rue et de la emrde dans les FNAC !! ». Il exprime ainsi la manière dont l’industrie a déjà commencé à essayer de grignoter le gâteau du rap en l’aseptisant.

« Les nazes commencent à bander, personne ne s’y attendait, mon groupe fait des descentes comme les condés »,  voilà comment Le Rat Luciano et sa clique sévissent dans le rap français. Avec toujours une pensée pour son coin, son groupe, sa rue, son quartier : chez nous, on est meilleurs que chez toi, voilà le topo. Etre fier de son coin, un élément qui a toujours fait partie du rap.

Mauvaise nouvelle toutefois pour les fans, cet inédit du Rat Luciano sera un des derniers publiés par DJ Pone, à la demande du rappeur, qui préfère que ces morceaux restent dans la sphère familiale. Pone s’explique de tout ça dans un long message poignant, qu’on vous a mis ci-dessous.

 

« Salut à tous! C’est le dernier morceau totalement inédit que je poste ici. Je vous avais dit que j’en avais une certaine mais il ne sortiront pas. Le rat m’a fait savoir qu’il ne souhaitait pas que ces morceaux soient rendus publics. Je suis désolé de vous avoir fait une promesse que je ne tiendrai pas, mais même si j’ai du mal à accepter son choix, je le respecterai. Il pense que ces morceaux doivent rester dans la sphère familiale. C’est vrai que certains sont un peu  » amateurs », après tout ce sont que des maquettes , mais l’innocence et la pureté qu’ils renferment en font leurs beauté. Et puis le rat a toujours détesté ré écouter ces morceaux, ça le mettait vraiment mal à l’aise. Je suppose, mais ce n’est que mon point de vue, qu’il se sentait mis à nu. Il écrivait ses textes sans aucun filtre et s’était tellement fort, maladroit parfois, mais d’une profondeur, d’une poésie empreinte de réalisme inégalé dans le rap et même au delà, de mon point de vue, mais je suis peut-être trop partial.

J’aime particulièrement celui la, déjà pour les raisons évoquées plus haut, mais aussi pour son côté profondément hiphop de part la façon dont il représente Marseille. Être fier de son coin et le représenter, c’est le 6ème pilier du hiphop, la base de l’egotrip, chez nous on est meilleur que chez toi. Et si il y avait eu une armée marseillaise, ça aurait été Luciano le général. Une guerre de mic bien sûr, même sur scène il imprenable. Surtout si il était en pétard. Et il m’est arrivé d’en jouer. À l’été 96, on était en concert à Strasbourg, c’était en plein air, dans un parc, sur une scène en forme de coquillage, je sentais le rat un peu ramollo dans le mini bus qui nous amenait de l’hôtel au concert. Et comme c’était un show hyper important pour nous, j’ai provoqué une dispute entre lui et moi dans le seul but de le chauffer pour la scène. Bon pas un gros clash hein, après le show tout était oublié et le soir quand je suis passé aux aveux, on s’est tous bien marré. Toujours est-il qu’il avait tout brûlé, comme ses trois acolytes d’ailleurs.

Mais il avait pas besoin de moi pour écraser les scènes. Ceux qui étaient présents à la friche pour notre premier logic hiphop n’ont pu oublier sa performance. Après avoir vomi, à la zizou, il est apparu comme par magie sur la table de dj d’un kheops médusé et en flip pour ses platines, vêtu d’un coupe vent blanc, avec des lunettes roses en forme de coeur et coiffé d’un… Truc. Avec le charisme de flavor flav et la rage de ODB, il a balayé la scène et est reparti comme il était venu. Et j’en ai autant à dire sur Menzo, Sat et Choa. Sur scène ils se tiraient la bourre, et chacun leur tour, ils étaient la locomotive du show. Ils y laissaient tellement d’énergie que pour notre deuxième tournée, de peur qu’on tienne pas le coup avec la fumette et tout, j’avais organisé dans mon club de boxe de la corderie, une préparation physique d’une semaine avec mon coach Alim, une fois de plus on s’était bien marré. Ah ça les abdo on les a travaillé, à la rigolade.

Bref, à partir de dimanche prochain, ce ne sera plus l’inédit du dimanche mais la rareté du dimanche. J’essaierais de vous dégoter un track méconnu, bon dimanche! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ton avis?

image veerus clip deen burbigo periple

Veerus te parle de son « Périple » avec Deen Burbigo !

image c.sen

Le C.Sen nous offre un nouvel extrait de son album « Vertiges »