in

R.Can : « Je vous emmène en balade positive Sur mon Solex »

rcan-sur-mon-solex-album-image
R.Can : "Je vous emmène en balade positive Sur mon Solex"

Avec son troisième album Sur son Solex, R.Can entreprend un virage audacieux du rap vers le hip-hopulaire.

De la musique, les journalistes spécialisés en écoutent tous les jours et en quantité. Forcément donc, tout ce qui passe dans nos oreilles ne provoquent pas nécessairement chez nous les mêmes émotions. Pourtant parfois, on tombe sur un morceau, un projet inattendu… Quelque chose qui va nous toucher si profondément, à la fois au cœur et à l’âme, qu’il nous fera sortir notre plus belle plume, juste pour le plaisir lui rendre hommage. Laissez-moi donc vous parler de Sur Mon Solex, le dernier album d’R.Can.

Ceux qui aiment profondément le hip-hop connaissent forcément son nom. Le rappeur originaire de Perpignan et speaker vedette du Demi Festival s’est fait connaître en tant qu’arracheur de mics, grâce à une technique à couper le souffle, des textes forts et des formidables capacités d’improvisation.

Coiffé de son chapeau, il a aussi porté une série de freestyles intitulée #SurMonSolex. Le concept et simple : pédaler sur son cyclomoteur, tout en freestylant sur des instrus bien connues de rap français. Enfin, personne n’a oublié son clip « Mac Bio », dans lequel il s’est déguisé en Ronald McDonald pour dénoncer tout en cynisme, les dérives du géant américain du fast-food.

Au travers ses deux EP et ses deux albums intitulés L’inexplicable et Témoignages, Xavier Neuville de son vrai nom nous a habitués à un rap à la fois brut, puissant et profond, mais toujours positif. Aujourd’hui, il remonte en selle, avance, et présente son troisième album. Sur mon solex, un projet ouvert et lumineux, qui témoigne de son évolution artistique et humaine.

Une formule hip-hopulaire

Généralement, quand on découvre un album, il faut l’écouter plusieurs fois pour en saisir les messages et les subtilités. Concernant Sur mon solex, il vous suffira d’une fois pour comprendre là où son créateur veut vous emmener. Une fois sera assez, mais vous vous sentirez si bien, qu’en plus d’arborer un sourire immense le casque sur les oreilles, il montera en vous une irrémédiable envie d’appuyer sur le bouton replay encore et encore.

On juge souvent le talent d’un artiste dans sa capacité à savoir se renouveler, tout en gardant ce qui fait l’essence même de son identité. Un véritable casse-tête pour certains. Pas pour R. Can qui n’a choisi rien d’autre que de rester lui-même. Avec ce qu’il propose aujourd’hui, préparez-vous à prendre une véritable bouffée d’air frais.

Qui mieux que l’artiste lui-même pour poser les bons mots sur sa nouvelle direction artistique ? Un joyeux cocktail entre rap et chanson française qu’il s’est approprié et aime appeler « hip-hopulaire« . Autrement dit, la musique de R. Can est une fête sans frontière, même s’il ne renie pas son héritage hip-hop. C’est d’ailleurs à ce genre musical qui l’a construit, qu’il dédie le morceau d’ouverture de son disque « Grand de taille ».

Vous sentez ces riffs d’accordéons qui caressent vos oreilles dès les premières notes ? C’est justement parce que cet instrument est au cœur l’album, comme l’explique son auteur : « C’est un instrument tellement peu présent dans le hip-hop. J’en suis amoureux parce qu’il fait bouger, sourire et il rend les gens joyeux. J’avais envie d’en faire l’ingrédient principal de mon hip-hop. Tout est venu naturellement.

Mais ce n’est pas tout. Pour que ce disque résonne comme une joyeuse fanfare, le MC a pu compter sur ses amis musiciens de longue date. « Il y a Laurent Allart à l’accordéon et au piano, Franck Grimigni à la batterie, Sylvain Guerrier à la clarinette et Mehdi Kaid à la basse, la contrebasse et la guitare« .

Cette explosion musicale, l’artiste positif par réflexe l’a mise en place en vue de propager sa musique sur scène. « En live, c’est toujours la fête. Quand je suis sur scène, le public a toujours le sourire et est rempli d’amour. C’est exactement ce que je cherche à transmettre ». Bingo, R.Can rappe, chante et fredonne avec le sourire dans la voix, en proposant un rap généreux, positif et rempli d’espoir. « C’est complètement mon état d’esprit actuellement« , confie l’artiste.

La musique pour réchauffer les cœurs

S’il vous fallait encore une preuve que l’amour est plus fort que la haine, l’histoire de Xavier en est l’illustration parfaite. Enfant traumatisé par le divorce de ses parents, il a grandi dans un cadre familial tumultueux. Abandonné très jeune, suivi par des assistantes sociales, et contraint de vivre dans des foyers et dans la rue, il aurait pu mal tourner, très mal tourner.

Mais plutôt que de reproduire ce qu’il a vécu en s’enfermant dans sa colère, le rappeur a usé de toutes ses forces pour devenir un musicien messager de l’amour. « J’ai souffert, j’ai pleuré, mais c’est de ma haine que les fruits de l’amour ont germé. Par ma musique, j’ai choisi de donner des outils aux gens pour ne pas qu’ils vivent ce que j’ai vécu. »

Ses graines de love, le Perpignanais les sème partout où il va. Que ce soit sur scène, dans la rue, ou lors des nombreuses actions sociales et humanitaires qu’il entreprend. Seulement, faire le don de soi n’est pas toujours chose aisée. C’est la raison pour laquelle il admet parfois être « Fatigué de courir ». Mais sachant pertinemment que son combat portera ses fruits un jour, il garde toujours le sourire aux lèvres.

« La vie est une chaîne humaine. Là où je ne peux intervenir, là où je ne peux soigner, là où je ne peux poser un pansement sur une cicatrice, quelqu’un d’autre le fera. Une personne qui sera là au bon moment et au bon endroit. N’oublions pas de planter des graines positives partout, car d’autres personnes seront là pour les arroser après nous. Elles mettront peut-être deux, trois, quatre, six, huit ans à germer, mais peu importe. Elles germeront un jour, et c’est comme ça qu’on réussira tous ensemble à changer le monde.

Si les yeux sont le reflet de l’âme, cet album est bien le reflet du cœur de R.Can. Sur mon solex, c’est un total de dix titres fédérateurs et rassembleurs, traitant de thèmes encore inexplorés dans la discographie du rappeur. Loin des cons et de toutes formes de négativité, l’artiste n’a pas peur de partager ses émotions. Il est ouvert, empli d’amour et de bienveillance, et ne demande qu’a diffuser ses messages positifs.

Alors oui, certains puristes se sentiront peut-être mal à l’aise au milieu de cette fête populaire, mais à eux, j’affirme : non, le rap ce n’était pas mieux avant, et cet album en est la preuve. Il ne tient qu’à vous de vous ouvrir pour voir les choses autrement.

A tous ceux qui se trouvent actuellement dans le noir, seuls sur une route sans fin, rongés par les doutes ou en proie à la dépression, écoutez cet album, ne serait-ce que pour nourrir votre cœur du meilleur des médicaments : l’amour.

« Si tu arrives à baisser les bons boucliers, tu verras une lumière pénétrer ton âme. La force qui en émanera sera beaucoup plus forte que la défensive dont tu fais preuve face au monde. Tu en récolteras tellement de bénéfices et d’amour. Ouvre-toi et tu verras le nombre de personnes bonnes, aimantes et bienveillantes qui s’ouvriront à toi. L’amour est partout bordel, arrêtons tous nos conneries ! »

R.Can

What do you think?

danny-brown-album-uknowwhatimsaying¿-image

Danny Brown revient drôle et haut en couleur sur l’album uknowwhatimsaying¿ [Stream]

image-josman-eazy dew-factice-feu.bi

Josman sort deux nouveaux morceaux [Audio]