in

Chuck D réunit Bishop Lamont et Mykill Miers sur « I Rap Black » !

image chuck d i rap black
Chuck D, le poing toujours prêt.

Les anciens ont plus que jamais la cote dans le rap US, malgré une nouvelle génération très talentueuse. Les vieux briscards ne sont visiblement pas prêts de lâcher la place. On vous parlait récemment de l’activité d’E-40, qui n’a limite jamais paru aussi en forme, ou encore de Juicy J qui est toujours au top. Cette fois, on passe à une véritable légende du hip hop, monsieur Chuck D. A 57 ans, le boss de Public Enemy  continue à sortir des projets presque chaque année, un album, ou au moins une petite tape.

Le pilier du rap s’est adjoint les services de deux autres anciens, Mykill Miers et Bishop Lamont, pour un nouveau titre toujours très engagé, « I Rap Black ».

Toujours aussi provoc’

Comme peut le suggérer le titre du morceau, il va évidemment être question de la situation des Noirs en Amérique (et même partout dans le monde), avec évidemment toujours autant de rage contre ce système raciste. Mais vous connaissez Chuck D : il y aura aussi une bonne dose de provocation : « i ain’t a N in Paris, ain’t gotta have hit, Tryin’ to keep the genocide from bein’ a habit », avec une jolie référence à deux morceaux de Kanye et Jay-Z, ou plutôt une petite pique.

Il est épaulé par les deux autres « petits jeunes » (à côté de Chuck D, tout paraît jeune) qui eux non plus ne sont pas en reste, notamment Bishop Lamont avec un incroyable sens de la punchline et de l’egotrip :  « Yeah i rap black, like pro-Pro Black, I Mean Like Yaphet Kotto, Bill Duke and Kodak Black ». Jolie validation de notre petit chouchou Kodak, au passage. Le tout, sur une instru évidemment très à l’ancienne, pour les 25 ans de « Fear Of a Black Planet », le troisième album de Public Enemy.

Ton avis?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image keblack

Keblack trinque « A ta santé » dans son nouveau clip

image fréko

[Retour sur Parcours] Fréko Ding, l’enfant terrible du rap ghetto