in

[Classique] Quand Grandmaster Flash sortait l’immense « The Message » !

Aujourd’hui nous en revenons aux fondamentaux de notre mouvement puisque nous allons vous (re)présenter le hit de Grandmaster Flash aux côtés de son groupe The Furious Five qu’ils nous présentaient ensemble en 1979, soit il y a 40 ans l’année prochaine … Zoom sur un morceau précurseur qui sonnait comme l’hymne d’une jeunesse urbaine défavorisée.

It’s like a jungle sometimes

Ce morceau c’est le cri de détresse d’un jeune guerrier sur les conditions de vie imposés par son environnement à une époque où les ghettos noir-américains connaissaient une misère et une criminalité encore plus alarmantes qu’aujourd’hui.

Il compare son quartier à une jungle, pleine de junkies, de rats et de blattes et avoue même avoir l’impression de devenir fou, un sentiment connu de beaucoup de jeunes du béton, il va même jusqu’à dire qu’il pourrait « détourner un avion » tellement il pète un câble sur son quotidien.

Au delà d’être l’un des premiers morceaux associés directement au rap, il a également le mérite d’avoir cristallisé l’ambiance et l’atmosphère de toute une époque, vécues à travers les yeux de jeunes des ghettos.

« Don’t push me, cause i’m close to the edge

Ne me pousse pas car je suis proche du bord

i’m trying not to loose my head

J’essaie juste de ne pas perdre la tête »

-GMF-

Ce track intervenant dans un contexte social particulièrement difficile, il est également le théâtre d’une sensation de fatalité décrite par l’artiste avec une poésie assez perturbante.

« Tu vas grandir dans le ghetto, vivre médiocrement

Et tes yeux vont chanter une chanson appelé la haine profonde »

-GMF-

Nous vous invitons fortement à redécouvrir ce classique des classiques, ce monument de la culture hip-hop que nous laisse GrandMaster Flash & ses Furious Five … Respect.

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Saint Denis : Le tournage d’un clip part en émeute !

image jay'z family feud clip

Jay Z, Diddy et Kendrick Lamar sur le podium des mieux payés en 2018