image dj marrrtin mayotte

Interview de Dj Marrrtin : ” Ma musique ? Mélodique et punchy, c’est ce que me disent les danseurs”

Tu peux nous raconter tes premiers pas dans la musique ?

J’ai fait du piano tout petit, et je me rappelle que ma maman m’a offert la cassette de la 5eme symphonie de Beethoven, super vénère comme musique.

Comment est-tu venu à mixer sur des battles ?

J’adorais mixer dans les soirées et je me suis rendu compte que certains morceaux que je kiffais n’étaient pas jouables en soirée alors que les danseurs adoraient.

La musique que tu proposes en battle et celle sur tes albums est-elle foncièrement différente ?
Ça dépend des albums, j’ai plusieurs alias, donc il y a pas mal de différence, mais la musque ça reste de la musique. Maintenant je ne joue presque que mes prods ou remixs.

Qu’est-ce qui est stimulant quand on mixe pour des battles ? 

La puissance dans la danse que je vais retrouver grâce à ma musique, et voir les bboys/ bgirls danser en musicalité sur mon son. Je veux ressentir l’adaptation du danseur à mon beat.

Comment définirais-tu ta musique ?
Mélodique et punchy. C’est ce que me disent les danseurs en général.

Comment s’est fait la collaboration avec Red Bull ?
On a été contacté par Redbull car on faisait partie des peu de gens qui produisent leur propres sons de break, et on est très fiers et content de taffer avec eux.

Pour le Battle of the year tu es parti à Mayotte, tu peux nous parler un peu de cette aventure ?

Mayotte c’est …. une histoire d’amour. Un des 3 mecs qui m’ont permis de jouer dans les battles en France s’appelle Bisso et il vient de Mayotte. Il est retourné habiter la-bas, il a ouvert un garage, et a continué l’aventure Hip Hop Evolution avec l’aide de Sophie Huvet. J’y suis retourné plusieurs fois, on y a monté d’autres projets liés à la peinture, et j’avoue que lorsque que tu rencontres des gens avec un grand cœur qui vivent dans des conditions proches du tiers monde, en France, tu as envie de revenir et monter des projets.

Tu appartiens au Label Stereophonk, qu’est-ce qu’ils t’apportent ?
Stereophonk, c’est mon label, c’est moi qui l’ai crée. Avec ce label on sort des vinyls, mais pas seulement de break. Je viens de sortir un disque de Jazz Funk Estonien qui s’appelle Estrada Orchestra. Ça permet de sortir de la musique, quand on veut et comme on veut. On sort la musique des copains aussi et des trucs qu’on aime.

Ton dernier album c’est « A bunch of funk » en 2015, tu peux nous en parler ?
Ce disque est le résultat d’une année de travail en collaboration avec Red Bull. En 2015 j’ai eu la chance de mixer pour la finale mondiale qui avait lieu à Rome. Ils m’ont demandé de composer tous les Tracks de l’event soit une quarantaine de morceaux. Du coup il fallait que les morceaux soient variés, avec plein de vibes différentes. C’est ce que j’ai essayé de faire, aller un peu partout.

Il y a des titres très actuels, voire futuriste avec « step » ou « alarm » ?
Oui aujourd’hui le monde du break bouge pas mal, on joue des morceaux qui n’auraient pas été joué il y a 10 ans, mais qui auraient pu l’être il y a 30 piges (rappelez vous les bboys qui dansaient sur Jam on It, Revenge, Planet rock, ou west street mob), il faut innover et changer ! C’est ça le Hip Hop.

Même sur un album tu veux faire bouger l’auditeur, ou ton objectif est plus d’installer une ambiance ?

Cet album est vraiment pour les danseurs, mais mon prochain vrai album sera fait de morceaux rapides, et d’autres plus smooth ou lent. J’aime les disques que tu peux écouter en une fois.

C’est quoi les projets à venir ?
On sort un nouveau 45 tours de Funky Bijou, avec le label, un nouvel album de Deheb,  plein de nouveaux tracks de Funky Bijou, mais aussi un nouveau projet qui se nomme Deep Cover, mon album avant 2018 j’espère, et là je travaille sur la musique d’une série télé, tournée à mayotte qui s’appelle CHABABI Project.

Pour finir, quelle est ta définition du hip hop ?
C’est l’amour, l’ouverture, mêlée à la compétition. J’aime rappeler que les 2 hymnes du breakdance sont des morceaux de … Rock joués par des blancs aux cheveux longs, complétement à l’encontre de l’image qu’on peut avoir. Le Hip Hop c’est le partage et la transmission ! Peace.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*