AccueilRap US : Le meilleur et dernières actualités du Rap Américain 2021Mac Miller : voici la perception du défunt rappeur...

Mac Miller : voici la perception du défunt rappeur sur la vie et la mort

-

Le 7 septembre 2018, le monde du rap perdait l’un de ses plus talentueux représentants, Mac Miller. Le rappeur et producteur de Pittsburgh décédé à 26 ans des suites d’une overdose a exploré tout au long de sa carrière des concepts existentiels tels que l’inévitabilité de la mort et le sens que revêt la vie. Pour donc honorer sa mémoire à l’occasion du jour (il y a deux jours)  qui marque ses 30 ans d’anniversaire, nous nous intéressons à son “passe-temps le plus cher” pour analyser l’évolution de ses perspectives sur les questions de la vie et la mort.

Optimisme jusqu’aux yeux : Mac Miller a-t-il consacré la majorité de sa carrière à l’annonce de son départ prématuré ?

Mac Miller aurait eu 30 ans le 19 janvier s’il était encore en vie. Près de quatre ans après son overdose fatidique, son départ est sans aucun doute une pilule difficile à avaler pour sa famille, ses amis et ses fans. Son héritage musical contient une quantité étonnante de paroles obsédantes éparpillées dans son catalogue. Des vers comme “J’ai besoin de me réveiller/Avant un matin je ne me réveille pas” sur la coupe profonde de GO:OD AM “Perfect Circle/God Speed” à la ligne tragique “Je pourrais mourir avant de me désintoxiquer” sur “Malibu” de sa mixtape Faces de 2014. Au-delà des exemples répandus de chansons annonçant son décès prématuré, la musique de Mac Miller a été axée sur les  concepts  de la vie et de la mort.

Cependant, Bien que Mac Miller soit réputé pour avoir fait de la musique qui cherchait des réponses à certaines des questions les plus énigmatiques de la vie, ses premières productions étaient à l’origine caractérisées comme rien de plus que du rap fraternel. Des mixtapes comme KIDS et Best Day Ever n’ont montré aucun signe que Mac Miller deviendrait l’artiste qu’il était au moment de son décès. Mais pendant son époque d’évasion au sommet des années 2010, le rappeur Most Dope a offert son perspective sur la façon dont les gens devraient vivre leur vie. Comme on pouvait s’y attendre de la composition sonore sucrée de morceaux comme “Best Day Ever”, la philosophie de Mac Miller sur la vie dégageait un optimisme écarquillé.

Lors d’un autre meilleur jour de sa vie, des morceaux comme “Get Up” et “Life Ain’t Easy” de  Mac relatent que même quand la vie commence par t’assommer, il faut se mettre à l’esprit qu’il y a deux types de personnes dans ce monde : ceux qui se lèvent et continuent à vivre et ceux qui laissent leurs problèmes consommer leurs vies. Rester positif indépendamment de ce que la vie vous réserve est une perspective inspirante, mais en noir et blanc, qui est sans doute plus susceptible d’être acceptée par les adolescents que par les adultes. Et cette perspective reste majoritairement ce qui a défini une grande partie du travail abattu par Mac avant Blue Slide Park.

Bien que rare, le sujet de la mort et de l’au-delà est également revenu de temps en temps. Sur KIDS , Mac Miller a dédié “Poppy” à son défunt grand-père, et au cours de la piste, Mac détaille son désir de renouer avec lui et mentionne la douleur d’avoir à accepter sa mort. De plus, sur I Love Life, le quatrième morceau de Thank You “The Scoop on Heaven”, il plonge plus profondément dans ce qui se passe lorsque nos proches décèdent en imaginant à haute voix à quoi ressemblerait le paradis. Semblable à sa première vision de la vie, la compréhension de la mort par Mac était également enracinée dans la positivité. Il suffit juste de revisiter les Chansons : “Best Day Ever”, “Get Up”, “Life Ain’t Easy”, “Poppy” et “The Scoop on Heaven” pour se retrouver.

Quand le nihilisme prend le dessus !

Peu de temps après la sortie de Blue Slide Park, il y a eu un changement distinct dans le style de Mac Miller.  Et bien que le paysage sonore sombre soit inspiré de la drogue de Macadelic, cette mixtape a également présenté aux auditeurs un artiste qui était moins soucieux de dégager de la positivité et bien plus soucieux de dépeindre ce qu’était vraiment la vie.

En effet, la nature curieuse de Macadelic a été rapidement remplacée par une perspective inhabituellement nihiliste sur Watching Movies With The Sound Off et Faces. La musique de Mac Miller présentait une idéologie qui accueillait la mort à tout moment et laissait fortement entendre que la vie n’avait pas d’importance. Lorsqu’il parle de « I’m Not Real » produit par Earl Sweatshirt avec Genius, Mac va jusqu’à dire : « Je ne crois tout simplement pas que je suis une personne réelle. Je ne suis en fait qu’une idée pour tout le monde. Nous n’existons pas réellement en tant que personnes pour qui que ce soit, nous existons à travers les idées que nous donnons au monde ».

Une nouvelle hauteur d’esprit sur la question de la mort

Naturellement, la musique de cette époque était nettement plus sombre, avec une quantité accrue de références à sa mort éventuelle. Sur “Happy Birthday”, Mac Miller utilise le sarcasme pour montrer qu’il n’est absolument pas intéressé à célébrer une autre année de sa vie, et sur des chansons comme “Funeral” et “Colors and Shapes” jouait avec l’idée de laisser tomber les problèmes du monde et de faire n’importe quoi.

 Pourtant, contrairement à ses premières productions, la mort semble susciter plus de douleur et de désespoir chez Mac Miller, bien qu’il tente de l’embrasser à plusieurs reprises. “REMember” de Watching Movies et “Rain” de Faces révèlent la lutte du rappeur de Pittsburgh pour faire face au décès de ses amis, ce qui l’a sans doute conduit à sa perspective plus nuancée de la vie et de la mort dans les dernières années de sa vie. Chansons à revisiter : « Thoughts from a Balcony », « The Question », « 1 Threw 8 », « SDS », « I’m Not Real », « REMember », « Happy Birthday », « Funeral », « Colors & Formes », « Pluie », « Grande finale » et « Ouais »

Une appréciation douloureuse de la vie : « Qu’y a-t-il entre le paradis et l’enfer ?»

La dernière partie de la carrière de Mac Miller a commencé avec GO: OD AM en 2015 et s’est terminée avec son album compagnon de natation à titre posthume, Circles . Avec quatre albums, le feeling de Mac a énormément changé, mais au contraire, sa vision de la vie n’a pas trop changé. A l’antipode, il a été affiné du nouvel espoir qui a caractérisé son approche sur GO: OD AM,  à l’appréciation plus douloureuse de la vie présentée sur Swimming and Circles.

 Sur “Doors”, “Rush Hour” et plusieurs autres extraits de son troisième album studio Mac a détaillé explicitement son désir de vieillir et d’apprécier le temps qu’il passe sur Terre, mais il rappelle également aux auditeurs que la douleur est inévitable. Pourtant, contrairement à son attitude lors de ses premières sorties, Mac Miller ne fait aucun effort pour dissimuler à quel point la vie peut être horrible. Ses paroles sur des morceaux comme “Ascension” suggèrent que bien que les pressions du ciel et de l’enfer affectent tout le monde, le rappeur pense que la vie se résume à la capacité de l’homme)  à braver les  difficultées.

La mort, un phénomène absolu inévitable selon Mic

Sur ses deux derniers albums studio, les problèmes de la vie et la présence imminente de la mort occupent le devant de la scène. Pour la première fois de sa carrière, la musique de Mac Miller semblait refléter véritablement l’idée que la mort était un absolu qui doit être accepté, plutôt qu’une bénédiction déguisée ou une source irréparable de douleur.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a chanté sur “Everybody”, “Tout le monde doit vivre/Et tout le monde va mourir/Tout le monde va essayer de passer un bon, bon moment/Je pense que vous savez pourquoi.” Ainsi, l’acceptation impartiale de la mort par Mac Miller influence sans doute sa vision de la vie dans ses travaux ultérieurs.  Prendre soin de soi, comprendre que la vie a ses hauts et ses bas, et toujours viser à garder espoir sont des thèmes qui sont présents sur des morceaux comme  “Self Care”,”Échelles” et “Compliqué”, et d’une certaine manière, cette perspective représente un moment de boucle complète pour Mac.

« Chaque jour vaut la peine d’être vécu »

Après avoir enduré une période à penser que rien dans cette vie n’a d’importance et que la mort est l’ultime, Mac Miller est revenu à un point de vue optimiste plus réaliste. Au lieu de se forcer à sourire à travers toutes les difficultés de la vie, il a réalisé que la proximité de la mort fait que chaque jour, bon ou mauvais, vaut la peine d’être vécu. Chansons à revisiter : « Doors », « Rush Hour », « Two Matches », « Ascension », « Jump », « Self Care », « Ladders », « Come Back To Earth », « Good News », « Everybody, ” “Compliqué” et “Je peux voir”.

A la lumière de tout ce qui précède, l’on peut se permettre de croire que le rappeur n’est pas parti sans avoir annoncé sa mort. Tel un devin, Mac Miller a passé la majorité du temps de sa carrière à convaincre les esprits sur la force de la mort. Mac Miller n’a pas eu une longue carrière, mais il a réussi à laisser un énorme héritage susceptible d’être transmis à de nombreuses générations. On peut alors imaginer aisément que l’énigmatique rappeur qui vit toujours dans le cœur de ses fans repose en paix aujourd’hui.

Ambro Ola
Ambro Ola
Titulaire d’une licence en linguistique anglaise, je suis web rédacteur, content-manager. Je nourris une passion toute particulière pour l’art_ la poésie et la musique en l’occurrence. Bercé dès le jeune âge par les vers renversants des légendes du hip-hop tels que Eminem et Youssoupha, j’ai nourri très vite et mûri en grandissant, une forte affection pour le rap, la parole vivante, qui sait se faire tendre, instructive ou agressive. Retrouvez moi sur Twitter ou Linkedin !
Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous