spot_img
spot_img
AccueilRap français : Actualité, sorties d'albums et sons du momentRétrospective sur "Ne M'Appelle Plus Rappeur" de Lino

Rétrospective sur « Ne M’Appelle Plus Rappeur » de Lino

-

On vous parlait justement ce matin de l’annonce de Lino concernant son prochain album solo prévu pour cette année. Et ça fait bien plaisir, évidemment, d’autant plus que le dernier projet solo de l’artiste remonte à 2015 avec l’album « Requiem ». Et justement, pour faire un retour dans nos classiques, que diriez-vous de « Ne M’Appelle Plus Rappeur » issu de ce fameux dernier projet ?

Un son que l’on peut qualifier d’entreprise familiale puisque sont invités Calbo (l’autre moitié d’Arsenik) mais aussi T.Killa. Aussi, on peut dire que les trois frères M’Bani sont réunis pour le coup. Pour la prod, il faut aller voir du côté de Wealstarr qui a utilisé un sample du thème du manga Naruto (les amateurs auront à coups sûrs reconnu les sonorités). Textuellement, c’est Lino qui entame, directement, sévèrement, avec cette phase pleine de violence en premier lieu (« Eh, j’me lâche, j’me téléporte sur un bateau négrier avec une kalash »). Il en profite aussi pour souligner le fait que son rap continue de parler et d’être écouté, malgré qu’il ne soit pas un artiste forcément mis en valeur par les radios (« Jette ma zik des ondes, elle réapparaît dans la chambre des gosses »). Il n’en perd pas pour autant la poésie de sa plume (« Dans l’Enfer des nuits d’Paname, avec le Diable j’ai fait un selfie »). Egalement, il en profite pour critiquer le rap d’aujourd’hui qui a selon lui perdu de sa substance, de la valeur de ce qu’il transmettait autrefois comme message (« Parfois, j’me sens vieux comme un rap à thème »). Evidemment, le rappeur ne perd pas la visée politique propre à sa plume et tacle le FN (« Qui finance ? Les égorgeurs, les naïfs prennent la vague bleue marine ») au détour d’une ligne. Au passage, se recentrant sur le rap, il dénonce ceux s’inventant un rôle pour gagner une certaine crédibilité, ce qui n’est évidemment pas suffisant selon lui (« Le dire fera pas d’toi un voyou, même si t’y mets du cœur »). Enfin, le refrain ait office de transition avec Calbo,  la phase « Qui prétend faire du rap sans s’positionner ? » renvoyant directement à la fameuse citation d’Arsenik.

Immédiatement, Calbo reprend cette idée que le rap n’est plus (« Le rap est mort, vive le rap »). D’une manière générale, il s’en prend à l’image du rap actuel, dénonçant l’idiotie de certains aspects (« J’lui dessine des pecs sur sa tombe pendant qu’Miley twerke »), s’en prenant également aux rappeurs qui ne s’engagent pas, ne porte aucun messages (« Le rap idiot utile assez cupide pour perdre un match truqué »). Il dénonce également le système des réseaux sociaux qui participent à se créer une fausse crédibilité (« Les réseaux sociaux donnent à ces pédés des couilles virtuelles »). T. Killa lui aussi, suivra la même ligne directrice en s’en prenant aux rappeurs persuadés d’être ténors dans leurs musiques et qui en fait sont totalement à côté de la plaque selon lui:

Poto, tous ces cons pensent qu’ils pilotent, mais ils sont comme Schumi sur une piste de ski

Il prône également l’image d’un rap sobre, qui vient à ses fondamentaux et délaisse l’avarice de l’argent facile et étalé aux yeux de tous par vanité (« En soldat free-lance, j’amène le rap loin des gros palaces ») en critiquant ce qu’il est devenu (« J’prends plus mon panard ; la trap, c’est que des gimmicks »). Et à l’image de Lino, T-Killa reprend également la vision politique en assénant une critique de la mondialisation en fin de couplet (« L’Afrique saigne des dollars, le mondialisme nous baise »).

Cette petite rétrospective ayant pour but de nous replonger un peu dans l’univers de l’artiste qui n’hésitait pas à nous dévoiler sa vision de la musique actuelle et même du monde (comme s’exprime T-Killa à la fin du son). Les trois MC s’extraient de la masse, se sentant différent et au-dessus de tous ces autres rappeurs, d’où le titre « Ne M’Appelle Plus Rappeur » marquant bien leurs scission à cette appartenance. Dans l’attente du nouveau projet qui à coup sûr nous amènera un Lino avec d’avantages de réflexion sur notre société et le rap d’aujourd’hui.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous