AccueilDossiersJack Harlow « Come Home The Kids Miss You » :...

Jack Harlow « Come Home The Kids Miss You » : critique

-

Les personnalités dans le hip-hop peuvent être une épée à double tranchant. S’il est évidemment bénéfique d’avoir une identité bien définie à laquelle le public peut s’identifier, l’entretien de celle-ci peut parfois s’avérer difficile. Pour certains MCs, ce personnage peut renforcer l’idée qu’ils ne sont pas à prendre à la légère. Dans le cas de Jack Harlow, l’essence de sa personnalité publique se résume à une chose : le charme.

Alors qu’il est au sommet de son art, Jack Harlow ne parvient pas à tirer profit de cette popularité avec « Come Home The Kids Miss You »

Grâce à son affabilité désinvolte, Jack est devenu le chouchou des femmes du monde entier, en l’occurrence les Américaines qui adorent le rap. Toutefois, c’est son sens de l’humour effacé et son apparente réticence à prendre trop au sérieux ses apparitions dans les médias qui lui ont permis de rallier à sa cause une grande partie des auditeurs masculins du hip-hop.

À cela s’ajoutent son respect et son amour pour la culture hip-hop et le fait qu’il poursuit littéralement ce rêve depuis son adolescence. Le produit final est un artiste soutenu par une grande maison de disques qu’il est facile d’encourager sans réserve.

Ainsi, les semaines qui ont précédé la sortie de son deuxième projet studio ressemblaient à une longue parade pour un homme qui allait devenir roi. Le rappeur a été propulsé dans la stratosphère par son featuring sur « Industry Baby » de Lil Nas X et une succession de moments viraux.

Ensuite, l’excitation fébrile autour de lui s’était répandue à un tel point que même Kanye le consacrait comme « top 5 en ce moment » et faisait appel à ses services pour DONDA 2. De plus, dans les clips promotionnels des coulisses qui ont précédé la sortie du disque, Pharrell a parlé d’une collaboration entre les deux comme d’une « histoire ».

Avec un tel degré d’anticipation, toutes les pièces étaient en place pour que Jack ne livre pas seulement l’un des projets phares de l’année, mais un album qui l’affirme officiellement comme l’héritier du domaine pop-rap. Malheureusement, Come Home The Kids Miss You, bien qu’il ne soit pas mauvais, est loin d’être le disque qu’il devait livrer.

En effet, le thème central de tout l’album est résumé dans l’intro au piano de « Talk Of The Town », avec Jack qui proclame qu’il est « l’homme de la rue ».

« A long way from Bardstown, I’m on the charts now

Un long chemin depuis Bardstown, je suis sur les cartes maintenant

Used to have the same drive, you in park now

J’avais la même conduite, vous êtes en stationnement maintenant

Whip got an upgrade, the tints dark now

Le fouet a été amélioré, les teintes sont sombres maintenant

The same ones that used to fade, I’m in their hearts now

Les mêmes qui avaient l’habitude de s’effacer, je suis dans leurs cœurs maintenant ».

Le flow discret de Jack est associé au premier des nombreux samples de retour à des morceaux emblématiques du passé, à savoir Destiny’s Child et son légendaire premier single « No, No, No ». Toutefois, alors que cette ouverture aurait pu fonctionner parfaitement comme le calme avant la tempête, la montée d’énergie attendue n’était pas vraiment au rendez-vous.

En fait, en commençant par des percussions, « Young Harleezy », Jack s’enfonce dans la vitesse qu’il gardera pendant la plus grande partie de l’album. Ensuite, il a continué à parler des difficultés et de l’euphorie avec le même degré de nonchalance.

Même lorsqu’il demande « qui ici est aussi passionné que nous ? Je suis celui en qui ils ont confiance, nous sommes ceux qui font tout un foin », il semble en quelque sorte sans engagement.

Agrémenté d’une section verbale inattendue, mais pas malvenue de Snoop Dogg, c’est l’un des nombreux cas sur le disque où son approche « légendes seulement » s’avère avoir été plus qu’un stratagème de marketing.

Démarrée avec son intro à quatre mesures caractéristiques, l’interaction présumée de Harlow avec Pharrell sur « Movie Star » ne semble pas assez intéressante. Elle ressemble plutôt à une tentative pour assimiler sa musique avec les beats épars et conviviaux.

Et si le changement de rythme, ajoute une nouvelle dimension intéressante au morceau, il est peut-être trop peu pour les capacités d’attention actuelles.

Par ailleurs, lorsqu’il ne discute pas des périls de la célébrité, l’autre centre d’intérêt de Jack sur le disque est sans aucun doute sa vie romantique et c’est une voie dans laquelle il est clairement satisfait. Ainsi, lorsqu’il puise dans l’arrière-catalogue de Snoop et Pharrell avec une interpolation de « Beautiful » sur « Side Piece », les choses semblent beaucoup plus organiques.

De plus, sans aucun doute capable de flotter sur la paire de beats somptueux dont le morceau est composé, « Side Piece », met en évidence l’un des principaux points de friction du disque.

En réalité, son jeu de style semble souvent complaisant, voir incohérent, de la manière dont un album studio vital comme celui-ci ne devrait tout simplement pas être.

En conséquence, des simulations bien construites comme « J’appelle mon père et il laisse son fils parler comme Mavi » sont forcées de coexister avec des cas où il semble rimer des punchlines sans rapport avec le sujet du morceau. C’est par exemple le cas de cette parole : « quelque chose de fait a rendu la jeunesse hostile, peut-être que c’est le carburant des fossiles ».

Si l’on ajoute à cela la réplique largement décriée « doux, doux sperme », tirée du single « First Class » qui s’est hissé en tête des ventes, les nombreux moments d’ambivalence lyrique de Jack sur l’album sont source de frustration.

Parmi les points forts de l’album, le nom de « Dua Lipa » témoigne de ce que Jack peut faire lorsqu’il associe son charisme à une production suffisamment urgente et à des paroles bien senties. De même, le croonage enveloppant et mélancolique de « Lil Secret » le voit explorer avec acuité les complications que la célébrité apporte à une étincelle romantique de manière à garder intacte son statut auprès des femmes.

 Dans la même veine, la décision de ne pas se contenter d’un flux mélodique, mais de jouer les deux côtés du dialogue amoureux sur « Like A Blade Of Grass » prouve qu’il n’y a aucune raison pour qu’il ne puisse pas prendre des risques créatifs.

Par ailleurs, supervisé par nul autre que Timbaland, l’ancien producteur le plus fiable de N-Sync, « Parent Trap » avec Justin Timberlake est un autre moment où cette qualité vaguement nostalgique présente tout au long du disque est exploitée de manière convaincante.

Toutefois, pour chaque chanson dans laquelle Jack trouve son rythme et fait allusion à la possibilité qu’il devienne un jour le prochain roi du hip-hop, il sent toujours un autre morceau comme « I Got A Shot », qui fait appel au reggae et qui semblent tout simplement sans but.

Avec tant de conjectures sur sa capacité à devenir l’héritier présomptif de Drizzy, il n’est pas surprenant que « Churchill Downs » soit une partie du disque qui ressemble à un moment réel et tangible pour le hip-hop en général. Invoquant l’ambiance enfumée de ces titres classiques de Drake, qui donnent l’impression d’ouvrir une fenêtre sur ses pensées à un moment de profonde réflexion, Harlow tient même tête au 6ix God. 

Pour clore le projet, « State Fair », dans lequel Jack fait le tour de son royaume et se languit de l’époque où il n’avait pas de « caméras dans la figure » est une conclusion enthousiaste et instrumentale d’un projet qui donne souvent l’impression d’être en pilote automatique. Ce projet était peut-être destiné à être fragmenté en listes de lecture, plutôt qu’écouté comme une déclaration cohérente.

En outre, lorsque le premier single de l’album, le banger « Nail Tech », est apparu et que Jack a proclamé : « Je ne suis pas encore au sommet de cette merde, mais je suis ce gars-là », cela semblait presque prophétique. Cependant, une fois que Come Home, The Kids Miss You arrive à sa fin, il est difficile de ne pas être déçu.

Bien qu’il suffise à maintenir l’enthousiasme de ses fans les plus dévoués et qu’il ne soit en aucun cas une parodie, le dernier album de Jack souffre finalement du poids des attentes. Au lieu de toucher les sommets apparemment inattaquables de son idole et nouveau mentor Drake, le dernier album de rupture d’Harlow est assailli par le sentiment persistant qu’il aurait dû offrir quelque chose de plus.

Ambro Ola
Ambro Ola
Titulaire d’une licence en linguistique anglaise, je suis web rédacteur, content-manager. Je nourris une passion toute particulière pour l’art_ la poésie et la musique en l’occurrence. Bercé dès le jeune âge par les vers renversants des légendes du hip-hop tels que Eminem et Youssoupha, j’ai nourri très vite et mûri en grandissant, une forte affection pour le rap, la parole vivante, qui sait se faire tendre, instructive ou agressive. Retrouvez moi sur Twitter ou Linkedin !
Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous