in

8 albums de rap français qui fêtent leur 20 ans en 2021

8 albums rap fr de 2001

L’année 2021 est lancée et la scène française nous promet encore de très bons projets. Mais, qui dit nouvelle année dit également anniversaire. Découvrez alors 8 albums de rap français qui fêtent leur 20 ans en 2021.

Salif : Tous ensemble, chacun pour soi

Remarqué par Zoxea en 1995, Salif prend rapidement ses marques au sein du rap français. Après son apparition sur l’album « Certifié Conforme » du collectif IV My People, le rappeur originaire de Boulogne-Billancourt lance sa carrière solo en 2001 avec son premier album « Tous ensemble, chacun pour soi ».
Salif permet au public de découvrir son univers et sa personnalité dans cet album décrivant la dure réalité de la rue mais rempli d’auto-dérision. Il présente également un style d’écriture totalement nouveau en enchaînant les multi-syllabiques rime après rime.
Jeune rookie en quête d’affirmation et de reconnaissance, Salif nous livre un projet remarquable, cohérent et sincère. Sur un ensemble de 16 titres et des invités comme Zoxea ou Kool Shen, Fon réussi parfaitement à nous plonger dans son quotidien en abordant des thèmes variés qu’il maîtrise à chaque fois. On écoute alors des morceaux traitant des meurtres dans les cités, du regard des ses parents sur sa vie, de son penchant pour l’alcool, du soulèvements des quartiers, et plein d’autres sujets qu’il vient sublimer par sa technique et son charisme.
Découvrez Salif : son portait en 10 sons

Oxmo Puccino : L’amour est mort

Trois après la sortie de son premier album « Opéra Puccino » en 1998, considéré comme un véritable classique parmi les classiques, Oxmo Puccino revient sur le devant de la scène en 2001 avec son nouvel album « L’amour est mort ». Le rappeur parisien, tête d’affiche de Time Bomb présente alors un album bien plus sombre où l’espoir et la gaieté n’ont pas leur place. Oxmo Puccino se dévêtit de sa cape de « Black Mafioso » et arbore un côté plus sensible et émotionnel dans ce projet.
Des textes et des rimes ancrés parmi des sonorités de cuivres, de violons et de pianos donnent un ton grave et solennel pour décrire une vie plus triste, plus dure.
« L’amour est mort » est produit presque en intégralité par Dj Sek et compte 22 titres avec des featurings plutôt underground avec des rappeurs peu connus. Malheureusement, l’album est considéré par la critique comme le moins bon de sa carrière. A vous de juger.
Petite anecdote : Oxmo Puccino a dévoilé qu’il n’a pas écrit les textes pour cet album, mais qu’il les a composé uniquement de tête. Impressionnant.
Récemment, Oxmo Puccino a été fait Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Kery James : Si c’était à refaire…

Avec « Si c’était à refaire… » Kery James signe son premier album solo alors que sortait 3 ans auparavant le classique « Le combat continue » avec Ideal J.
Plus mature et plus calme, convertit à l’Islam peu de temps avant, Kery James présente un album sincère et dénonciateur, fidèle à ses convictions, mais le fait de manière plus apaisée et plus réfléchie que ses prestations au sein de la Mafia K’1 Fry. Il n’hésite pas à revenir sur ses erreurs du passé pour regarder vers l’avenir.
La musicalité est très simple, faite principalement de percussions pour laisser place aux textes poignants de Kery James qui décrit sa propre vie comme sur l’incroyable outro « 28 décembre 1977 » et transmet des messages de paix et de soutien tout au long de l’album. Composé de 12 titres et de feats surprenants avec des chanteurs africains, « Si c’était à refaire… » se détache des codes du rap traditionnel et présente un projet atypique.
Avec ce premier album solo, Kery James pose les bases de ce qui sera son fil conducteur tout au long de sa carrière : le discours d’un homme engagé pour sa communauté mais conscient que pour agir pour le bien des autres, il faut d’abord lutter contre soi-même.

Fonky Family : Art de rue

Le groupe marseillais mythique signe avec « Art de rue » son deuxième album, 4 ans après le premier projet « Si Dieu veut ». La Fonky Family dévoile un album plus mature et plus structuré et délaisse leur côté « bordelique » qui faisait leur charme.
Toujours porté par Le Rat Luciano, Sat et Don Choa au meilleur de leur forme, la Fonky Family décrit sans détours la réalité des quartiers marseillais.
Malgré quelques morceaux en dessous de ce à quoi pouvait s’attendre les fans et les prestations peu convaincantes de Menzo, l’album « Art de rue » est considéré par la majorité comme un classique du rap français grâce à des titres comme « Art de rue » qui multiplie les passages en radio, « Haute Tension », « Tonight » ou encore « Les miens m’ont dit ».
Ainsi, Le Rat Luciano, Sat, Don Choa et Menzo se retrouvent sur « Art de rue » avec 16 morceaux produits par Pone et Dj Djel. Un album qui, 20 ans plus tard n’a rien perdu de sa splendeur.
Sat L’artificier de Fonky Family, a rendu hommage à Karima, la chanteuse de « Bad Boys de Paname » décédée

Rohff : La Vie avant la mort

Oublions les clash et les erreurs de parcours de Rohff pour se pencher sur son album « La Vie avant la mort » sorti il y a 20 ans. 2 ans après son premier projet « Le Code de l’Honneur ».
« La Vie avant la mort » est un album assez oublié lorsqu’on évoque la fabuleuse carrière de l’ancien membre de la Mafia K’1 Fry. Et pourtant, c’est l’album qui a généré le plus de ventes de sa discographie (350 000) devant « la fierté des nôtres » (330 000) et « Au-delà de mes limites » (300 000).
Les fans, habitués à écouter un Rohff hardcore et brut, retrouvent quelques morceaux plus axés grand public et destinés aux radios comme « TDSI », « Get down samedi soir » ou « Qui est l’exemple ? ». Rohff n’oublie pas pour autant les racines de son rap hardcore et dévoile des titres comme « R.O.H.F.F », « Rap Info », « Creuset 2 voyous » ou « Jeu 2 la mort ».
« La Vie avant la mort » qui comprend 17 morceaux marque le début de la carrière solo de Rohff et se présente en quelques sortes comme sa carte de visite avec un mélange entre égotrip et morceaux plus réfléchis. Un avant goût avant d’écouter le classique « La fierté des nôtres ».

Sniper : Du rire aux larmes

Le groupe Sniper dévoile son premier album « Du rire aux larmes » en 2001 après quelques apparitions sur des compilations et choque rapidement le rap français et ses fans avec plus de 200 000 albums vendus. Le trio Tunisiano, Aketo et Blacko originaires de la banlieue parisienne proposent malgré leur faible expérience dans le monde du rap un premier album plus que réussi. La symbiose entre les trois rappeurs s’effectuent à merveille. Les textes sont sensés, les thèmes et les rythmes sont variés. Sniper atterri dans le paysage du rap français et fait sensation par leur maîtrise parfaite de cet art urbain durant les 19 titres du projet.
Les sonorités ragga apportés par Blacko permettent au groupe de se démarquer des autres rappeurs de l’époque et apportent une dimension plus « dansante », des rythmes plus rapides à leurs morceaux.
Mais ce qui fait la particularité et le succès de cet album c’est aussi leurs titres engagés comme « Fait Divers » ou le fameux « La France » qui leur vaudra des poursuites judiciaires deux ans plus tard de la part de Nicolas Sarkozy.
Vous l’avez raté ? Revivez le live entre Sniper et la Fonky Family [Replay]

La Caution : Asphalte Hurlante

Nous voilà en 2021, 20 ans après la sortie d’une pépite du rap français : « Asphalte Hurlante ». Les deux frères Hi-Tekk et Nikkfurie accompagnés de Dj Fab qui forment à eux trois le groupe La Caution dévoilent en 2001 leur premier album « Asphalte Hurlante ». Le groupe présente un album aux sonorités originales, parfois proches de l’électro et se détache des codes du rap français de l’époque.
Les deux rappeurs, dotés d’un talent indéniable et d’une vision totalement différente du rap ont su apporter un vent de fraîcheur à la scène française.
Ce qui fait toute la puissance de cet album « Asphalte Hurlante » est la longévité des morceaux qui y sont présents. Dès les premières écoutes, la plupart des morceaux rentrent dans la tête et n’en ressortent pas. Hi-Tekk, Nikkfurie et Dj Fab ont réussi à produire des textes et des instrumentales dont on ne se lasse pas et qui continuent de tourner dans les playlists des fans encore aujourd’hui comme « Souvent », « Rétrospectives », « Changer d’air » ou encore « Comment on t’voit » qui figurent parmi les 12 morceaux du projet.

Ol Kainry : Au-delà des apparences

Après deux EP solo, Ol’ Kainry revient en 2001 avec son premier album « Au-delà des apparences » et c’est une pure réussite.
Ol’ Kainry est authentique et raconte la vie comme elle est, sans artifices. Entre le divorce, les femmes, les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes des quartiers, son dilemme entre le Bénin et la France, et bien d’autres, Ol’ Kainry évoque de nombreux thèmes variés et pose des constats réalistes sans se forger de personnage.
L’album comprend 18 titres et des invités comme Lino, Passi, Le Rat Luciano et Busta Flex. A chaque morceau, le rappeur originaire de l’Essonne démontre son talent et ses punchlines crues et imagées à travers une voix rauque reconnaissable entre mille.
Il s’associe en 2005 à Dany Dan pour sortir l’album « Ol Kainry & Dany Dan » qui est une véritable pépite.
Découvrez Mode Ermite, le nouvel EP d’Ol Kainry [Stream]

Découvrez également : 10 albums de rap français qui ont marqué 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ton avis?

Snoop Dogg et Eminem en clash

KXNG Crooked pense que le clash Snoop Dogg-Eminem n’est pas bon pour la culture HipHop

Dr Dre hospitalisé après une suspicion d'anévrisme cérébral

Dr Dre hospitalisé suite à une suspicion d’anévrisme cérébral