AccueilRap US : Le meilleur et dernières actualités du Rap Américain 2021La série « The Heart » de Kendrick Lamar est un...

La série « The Heart » de Kendrick Lamar est un rappel de son statut de MC de niveau supérieur

-

Le dimanche soir, Kendrick Lamar a dévoilé le dernier volet de la série « The Heart ». Ce nouveau single marque son premier disque solo depuis la bande originale de Black Panther. Plus encore, il marque le début d’une nouvelle ère. Kendrick est sorti de l’ombre après cinq ans d’attente pour s’attaquer à « la culture ». Le parolier rappelle sévèrement avec cette série son statut de dieu en tant que MC.

Kendrick nous dévoile le dernier volet de « The Heart »

La série « The Heart » reste une partie intégrante de l’identité artistique de Kendrick. Elle représente une cartographie de ses désirs, ses craintes et sa maturité. En fait, la première chanson de la série est arrivée en mars 2010, quelques mois après la sortie de son EP éponyme. Ensuite, la deuxième partie est arrivée quelques mois plus tard, comme l’intro de Overly Dedicated.

« Je me souviens m’être dit : ‘Je veux juste montrer un jet d’émotion sur un disque’ », a-t-il confié à Rolling Stone en 2017 à propos de « The Heart Pt. 2 ». « Je me fiche de la longueur des mesures, mais les gens vont littéralement devoir me ressentir. Je me suis dit que si je n’arrivais pas à me connecter de cette façon, alors ça ne servait à rien que je mette un tas de bons mots ensemble. », a-t-il ajouté.

Rétrospectivement, cela aurait pu être un moment décisif qui aurait ramené Kendrick sur la planche s’il n’avait pas réussi à exceller à un tel niveau. Cette citation particulière de 2017 incarne tous les éléments qui permettent à Kendrick Lamar de se démarquer. Son degré d’exécution est un mariage entre la conviction de Tupac, la complexité des schémas de rimes de Nas et les compétences techniques d’Eminem.

On peut dire que « The Heart » est une lettre d’amour permanente au hip-hop. La passion de Kendrick pour le rap occupe le devant de la scène sans être limitée par la structure de la chanson dans cette série. Plus important encore, c’est un reflet de l’état d’esprit du rappeur avant chaque album, avec des aperçus précis de son prochain projet artistique.

Avec Mr. Morale & The Big Steppers paru ce vendredi 13 mai, et la sortie de « The Heart Pt. 5 », nous avons analysé chaque épisode en relation avec la progression de sa carrière.

The Heart Pt. 1 (2010)

En mars 2010, Kendrick Lamar était peu connu du grand public. Overly Dedicated n’était pas encore sorti et le rappeur n’avait encore rien d’une star. En effet, il y avait une minorité qui attestait de ses compétences, un groupe d’individus qui avait tous les droits du monde de dire « je vous l’avais dit » lorsque Good Kid M.A.A.A City est sorti. Il y a certes eu une poignée de projets que les fans de Kendrick Lamar de la première heure considèreront comme des démonstrations précoces de ses compétences. Toutefois, il n’y a pas de morceau unique qui ait incarné la faim et la détermination de la star en herbe comme « The Heart ».

De plus, avec l’instrumental « UMI Says » de Mos Def comme choix, le premier volet de la série « The Heart » de Kendrick est une démonstration pure et simple de ténacité lyrique. En outre, il s’agit d’une démonstration de foi, à la fois en soi et en une puissance supérieure.

En plus, à 23 ans, Kendrick n’était qu’à quelques années de l’adolescence. La production fraîche et jazzy contraste avec l’urgence du ton de Kendrick. Son débit frénétique se faufile entre les hi-hats chatoyant, tandis qu’il affiche son cœur sur sa manche avec fierté. Le rappeur décrit chacune de ses aspirations avec urgence, qu’il s’agisse de voir son nom prononcé dans le même souffle que celui de Tupac, de Biggie ou d’utiliser sa musique comme un moyen d’apporter des changements à sa communauté.

Sa déclaration d’être le plus grand est hyperbolique à tel enseigne qu’elle représente un vœu pieux. Toutefois, en dessous de cela, il y a clairement une compréhension de la gravité de son talent et de la profondeur de son impact. Aurait-il pu prédire qu’un prix Pulitzer ferait partie de ce voyage ? Probablement pas. Même à ce moment-là de sa carrière, des artistes comme Nipsey Hussle et Glasses Malone étaient des références en matière de succès, même s’il les a dépassés par la suite.

À l’instar des grands artistes qui l’ont précédé, il a attendu son tour en faisant confiance au processus. Le photo-shoot de la couverture de XXL Freshman 2010, auquel participait Jay Rock, a été un moment décisif pour Kendrick et J. Cole. Bien que nous ayons perdu confiance en une collaboration entre les deux, « The Heart Pt. 1 » retrace la chronologie de leur ascension respective dans le rap.

Par ailleurs, Kendrick se rappelle avec humour avoir proposé à l’équipe de XXL de prendre la place de J. Cole sur la couverture si le nouveau membre de Roc Nation ne se présentait pas. Certains pensent qu’il a dit ça en plaisantant, mais K. Dot le confirme. « Mon n***a était sur son coup, je lui ai présenté mon nom/ J’ai dit que je le verrai sur la bulle à l’avenir, mon pote, je te salue/ Je contribue à la vraie merde », rappe-t-il.

The Heart Pt. 2 (2010)

La transformation d’un freestyle unique en une véritable série a commencé avec Overly Dedicated. En réalité, Kendrick avait déjà prouvé qu’il était un MC compétent lorsqu’il touchait le micro, mais en 2010, le jeu avait besoin de plus qu’un simple MC compétent. En plus, Drake avait brouillé les frontières entre hip-hop et R&B avec So Far Gone et Take Care. Par ailleurs, J. Cole était déjà considéré comme l’un des leaders de la nouvelle école, avec une pléthore de co-signatures qui le suivaient. La même reconnaissance n’a pas été offerte à Kendrick par les OGs à ce moment-là, mais la validation, ou le manque de validation n’a fait qu’attiser le feu dans son ventre.

Kendrick présente un tourbillon d’émotions dans « The Heart Pt. 2 », mais c’est aussi un témoignage de son amélioration. Sur « A Peace Of Light » de The Roots, il affine sa capacité à contorsionné encore plus sa voix. D’abord, la chanson commence avec un sentiment de désolation, en partie dû à l’extrait du défunt graffeur Dash Snow. Cependant, la passion ardente de Kendrick imprègne chaque mesure au fur et à mesure que la chanson progresse. Son énoncé de mission est clair, surpasser ses concurrents, mais une force encore plus profonde l’anime.

Elle est résumée par les mots de son oncle : « Mon oncle a fait sa vie derrière les barreaux/ Il n’était pas trop serré/ Il m’a dit, ‘rappe sur la vie, pas sur les n***as ». La portée de ses opinions est encore plus large, mais il est encore plus concentré, remettant en question la religion, le gouvernement et les racines de l’oppression systémique en moins de 12 mesures. 

« We used to beefing over turf, fuck beefing over a verse

On a l’habitude de se battre pour du gazon, on se bat pour un couplet

N***as dying, motherfuck a double entendre

Les n***as meurent, putain de double sens

And this is Comp-ton, lions in the land of the triumph

Et voici Comp-ton, des lions sur la terre du triomphe.

Wrap-Saran our defiance, ban our alliance

Wrap-Saran notre défi, bannir notre alliance

Put burners in the hands of the black man

Mettre des brûleurs dans les mains de l’homme noir

One hood with 20 four-fours like a cloned Kobe Bryant

Un capuchon avec 20 quatre-quatre comme un Kobe Bryant cloné.

You probably heard I wanna be heard and wonder who I am

Tu as probablement entendu I wanna be heard et tu te demandes qui je suis.

You probably even listened to “Faith,” and think I know Zion

Tu as probablement même écouté “Faith” et tu penses que je connais Zion.

But really I’m just caught in the loop, of understanding the truth

Mais en réalité je suis juste pris dans la boucle, de la compréhension de la vérité

Because it seems like it’s always clashing with science

Parce qu’on dirait qu’elle se heurte toujours à la science. »

Alors que Biggie a conquis le monde grâce à son savoir-faire, c’est la connexion émotionnelle de Tupac qui a permis à sa musique de résister à l’épreuve du temps. Et en tant qu’étudiant du jeu, Kendrick a fusionné le savoir-faire de Biggie et la puissance émotionnelle de Tupac pour former un style distinctif qui lui permettra de se frayer un chemin. « The Heart Pt. 2 » en est la meilleure illustration. Les fissures dans sa voix, les inflexions dans ses cadences et les halètements entre chaque mesure ne gênent guère le débit à double temps. Pourtant, il continue jusqu’à ce qu’il s’essouffle, ce qui est symbolique de sa propre carrière dans le hip-hop.

The Heart Pt. 3 (2012)

La présence de Black Hippy sur « The Heart Pt. 3 » représente le parcours inégalé de Top Dawg Entertainment au sommet des années 2010. Avec l’aide de Jay Rock et Ab-Soul, « The Heart Pt. 3 (Will You Let It Die ?) » est devenu une introduction officielle avant Good Kid M.A.A.d City où il présentera brièvement Sherane. Plus important encore, il s’agit d’une reconnaissance du travail et des sacrifices qui ont permis à Kendrick de concrétiser tout ce dont il a parlé dans les deux précédents opus.

« Quand le monde entier vous regarde comme ‘Pac réincarcéré’, c’est assez de pression pour vivre toute votre vie sous sédatif, trouver le plus haut bâtiment de Vegas et en sauter », commence-t-il.

La sortie de Section.80 et le fameux rêve de Tupac qui a inspiré « HiiiPower » ont fait de Kendrick la lueur d’espoir du hip-hop. Le flambeau avait été transmis par Dr. Dre, Snoop Dogg et The Game, et il était sur le point de sortir un premier album archétypal. Kendrick rappe avec autant d’étonnement que de réflexion sur les jours où lui et Dave Free complotaient dans un garage, jusqu’à la collaboration avec Lady Gaga.

En plus, il y a un soupçon de terreur lorsqu’on pense aux responsabilités qui accompagnent la célébrité. Et les dialogues internes et externes ont créé une pression particulière que très peu de gens peuvent gérer avec grâce. En fin de compte, le rappeur renvoie ces pressions aux fans, en leur demandant : « Allez-vous laisser le hip-hop mourir le 22 octobre ? ».

En outre, Mr. Morale & The Big Steppers sera la dernière sortie de Kendrick Lamar sur Top Dawg Entertainment. Cette sortie marque la fin d’une ère que Kendrick a entamée il y a plus de 17 ans. « The Heart Pt. 3 (Will You Let It Die ?) » est un reflet étonnant de la transformation de Kendrick en l’espace de quelques années. De la proposition de figurer sur la Freshman List en 2010 à l’attribution par Vanessa Satten, EIC de XXL, du prix du meilleur rappeur de l’année deux ans plus tard, Kendrick a fait un long chemin. C’est une attestation des efforts collectifs de Top Dawg Entertainment qui a positionné et préparé le talent de Kendrick Lamar pour devenir une voix générationnelle.

« Now Punch is my mentor, Top Dawg is the coach

Maintenant, Punch est mon mentor, Top Dawg est l’entraîneur.

Jay Rock is my older brother, I was there when he wrote

Jay Rock est mon grand frère, j’étais là quand il a écrit son nom sur son contrat de disque.

His name on his record deal, we had figured the coast

son nom sur son contrat d’enregistrement, nous avions pensé que la côte

Would live on a pedestal, once the shit hit the store

vivrait sur un piédestal, mais une fois que la merde a frappé le magasin…

Found ourselves scrambling, tryna figure it out

On s’est retrouvés à faire des pieds et des mains, à essayer de comprendre.

Soul told me that the record shop ’bout to go in a drought

Soul m’a dit que le magasin de disques allait souffrir de la sécheresse.

Q ain’t got a place to stay and ’bout to sleep on the couch

Q n’a pas d’endroit où rester et va dormir sur le canapé.

We eating off each other tray, the dollar-menu amount

On mange sur le plateau de l’autre, le montant du menu à un dollar. »

The Heart Pt. 4 (2017)

De la pression d’être « l’élu » à l’accomplissement (et au dépassement) de nombreuses attentes, il y avait peu à débattre de la grandeur de Kendrick à l’aube de la sortie de DAMN. En fait, dans l’intervalle de cinq ans entre les parties 3 et 4 de « The Heart », Kendrick a livré deux classiques consécutifs, et l’on se demandait s’il serait capable de le faire à nouveau. Les mêmes personnes qui lui ont tendu les bras pendant son ascension sont devenues ses concurrents directs.

Ensuite, sur « The Heart Pt. 4 », Kendrick Lamar se trouve dans un lieu de confort, passant par quatre changements de rythme. Il commence par une réflexion sur ses accomplissements. Une richesse accumulée validée par Forbes. Des voyages en Jamaïque. Le fait d’être devenu un « sauveur de rimes hip-hop ». Il y a du réconfort à cocher ces éléments sur sa liste de choses à faire et à manifester les objectifs qu’il s’était fixé lors de l’arrivée de l’EP de Kendrick Lamar. Cependant, maintenant qu’il est assis sur le trône métaphorique de l’élite du rap, il doit également protéger le siège qu’il occupe.

Par ailleurs, depuis le BET Cypher de Top Dawg Entertainment en 2014 jusqu’à l’effet d’entraînement du couplet de Kendrick sur le morceau « Control » de Big Sean, il a rassemblé quelques paroliers exceptionnels sur une liste de hits. « The Heart Pt. 4 » est un avertissement aux pairs de Kendrick de son retour imminent. Cependant, beaucoup ont perçu qu’un groupe de mesures dans le deuxième couplet était dédié à Jay Electronica, Drake et Big Sean. « Mes fans sont impatients de me voir sonoriser ton cul de punk, et écraser toute ta petite merde / Je vais Big Pun ton cul de punk, tu es une petite salope effrayée », rappe-t-il avec un débit incandescent. Bien que seul Electronica ait vraiment mentionné Kendrick par son nom, il y avait suffisamment de références subtiles à Sean et Drake dans ce couplet particulier pour que Twitter soit en ébullition.

« I put my foot on the gas, head on the floor

J’ai mis mon pied sur l’accélérateur, la tête sur le sol.

Hoppin’ out before the vehicle crash, I’m on a roll

Je sors avant que le véhicule ne s’écrase, j’ai le vent en poupe.

Yellin’, ‘One, two, three, four, five

Je crie : ‘Un, deux, trois, quatre, cinq

I am the greatest rapper alive’

Je suis le plus grand rappeur vivant

So damn great, motherfucker, I’ve died

Tellement génial, enfoiré, que je suis mort

What you hearin’ now is a paranormal vibe

Ce que vous entendez maintenant est une vibration paranormale

House on the hill, house on the beach, n***a

Maison sur la colline, maison sur la plage, n***a

A condo in Compton, I’m still in reach, n***a

Un appartement à Compton, je suis toujours à portée de main, n***a.

I’m fresh out the water, I’m ’bout to breach, n***a

Je sors tout juste de l’eau, je suis sur le point d’entrer, n***a.

The five-foot giant woke up out of his sleep, n***a

Le géant de cinq pieds s’est réveillé de son sommeil, n***a.

Oh yeah, oh yeah, mo’ cars, mo’ lears

Oh ouais, oh ouais, pas de voitures, pas de bars.

Mo’ bars, no peers, no scars, no fear—fuck y’all, sincere

Pas de bars, pas de pairs, pas de cicatrices, pas de peur, je vous emmerde tous, sincères.

I heard the whispers, I curved the whispers

J’ai entendu les chuchotements, j’ai écouté les chuchotements.

You know what the risk is

Tu sais quel est le risque

Earthed in ditches, your body revertin’ to stiffness”

Mise à la terre dans les fossés, ton corps redevient raide ».

Avec le temps, le désir de Kendrick de devenir l’un des plus grands rappeurs est devenu une réalité. Et si Good Kid M.A.A.D City et To Pimp A Butterfly sont aussi irréprochables qu’un album de rap puisse l’être, DAMN a montré que Kendrick pouvait faire un album commercialement viable. Inutile de dire qu’il a tenu parole. Toutefois, il n’a pas attendu la sortie de l’album pour rappeler à tous sa place dans le hip-hop.

The Heart Pt. 5 (2022)

En août 2021, Kendrick Lamar a brisé son silence après les spéculations autour de son statut avec Top Dawg Entertainment et la sortie imminente de son cinquième album studio. « L’amour, la perte et le chagrin ont perturbé ma zone de confort, mais les lueurs de Dieu parlent à travers ma musique et ma famille. Alors que le monde qui m’entoure évolue, je réfléchis à ce qui compte le plus. La vie dans laquelle mes mots atterriront ensuite », a-t-il écrit dans un message signé par Oklama.

En fait, la sortie dimanche de « The Heart Pt. 5 » a marqué la fin officielle de la pause de cinq ans. Les fans ont poussé un soupir de soulagement tandis que Kendrick présentait des visuels époustouflants. Dans ces visuels, le rappeur se transformait en OJ Simpson, Jussie Smollett, Will Smith, Kobe Bryant, Kanye West et Nipsey Hussle grâce à une technologie de simulation profonde. Et bien qu’il y ait beaucoup à déballer concernant ses décisions d’inclure Smith, Smollett, OJ et Ye, l’inclusion par Kendrick de Nipsey et Kobe Bryant symbolise ce que représente un héritage à Los Angeles.

Ensuite, Kendrick commence par des descriptions vivantes de la guerre des gangs à Compton, se servant de lui-même comme étude de cas pour « une génération de douleur où le meurtre est mineur ». Il relie le cycle de la mort et de l’incarcération à Compton, revivant les moments où il a vu un homme se faire tirer dessus à l’extérieur d’une maison de transition après avoir purgé 17 ans de prison. Par ailleurs, Kendrick considère que la désensibilisation au meurtre et à la prison fait partie de « la culture ». Cependant, la vérité angoissante de « The Heart Pt. 5 » est que même ceux qui ont grandi au-delà des circonstances dans lesquelles ils sont nés sont toujours susceptibles de connaître le même sort.

En outre, la mort de Nipsey Hussle reste l’un des moments les plus déchirants du rap. En réalité, Nip a créé un modèle d’indépendance, a ouvert un centre STEM pour les jeunes noirs et bruns et a créé des emplois dans sa communauté. Plus encore, Nip a incarné l’excellence noire au niveau local et l’a rendue tangible pour tous ceux qui ont eu la chance de le voir en chair et en os sur Slauson et Crenshaw.

 « La nouvelle révolution était en marche / Je suis en Argentine, essuyant mes larmes, plein de confusion / De l’eau entre nous, un autre pair a été exécuté / L’histoire se répète encore », rappe Kendrick sur « The Heart Pt. 5 » évoquant l’hommage qu’il a rendu à son pair décédé à Lollapalooza en 2019. Dans « The Heart Pt. 1 », Kendrick désigne Nipsey comme une figure de motivation, et l’estime qu’il portait au rappeur de Victory Lap n’a fait que croître avec le temps.

En outre, à la fin de la vidéo, Kendrick se transforme en Nipsey Hussle, rappant sinistrement comme le défunt rappeur de South Central au paradis. Il transmet par la même occasion un message à Blacc Sam, à ses enfants et à ses fans avant de lancer le signe de gang Rollin’ 60s en hommage à son défunt ami.

I don’t need to be in flesh just to hug y’all

Je n’ai pas besoin d’être en chair et en os pour vous serrer dans mes bras.

The memories recollect just because y’all

Les souvenirs se rappellent juste parce que vous tous

Celebrate me with respect

me célébrez avec respect

The unity we protect is above all

L’unité que nous protégeons est au-dessus de tout

And Sam, I’ll be watchin’ over you

Et Sam, je veillerai sur toi.


Make sure my kids watch all my interviews

Je m’assurerai que mes enfants regardent toutes mes interviews

Make sure you live all the dreams we produced

Je m’assurerai que tu vives tous les rêves que nous avons produits

Keep that genius in your brain on the move

Fais en sorte que le génie dans ton cerveau reste en mouvement.

And to my neighborhood, let the good prevail

Et pour mon quartier, que le bien prévale.

Make sure them babies and them leaders outta jail

Assurez-vous que les bébés et les leaders sortent de prison

Look for salvation when troubles get real

Cherchez le salut quand les problèmes deviennent réels

‘Cause you can’t help the world until you help yourself

Car on ne peut pas aider le monde sans s’aider soi-même

And I can’t blame the hood the day that I was killed

Et je ne peux pas blâmer le quartier le jour où j’ai été tué.

Au final, la plupart des épisodes de la série « The Heart » sont principalement axés sur la nature compétitive du métier de Kendrick et sur la réalisation de son objectif sur Terre. Ce dernier n’a pas changé, ni ses compétences, mais il y a un changement évident dans l’orientation artistique. L’exécution de « The Heart Pt. 5 » par Kendrick a une portée plus large : les récompenses et les réalisations ont peu de poids si la génération suivante reste dans le même cycle.

Ambro Ola
Ambro Ola
Titulaire d’un diplôme en linguistique anglaise, je suis web rédacteur, content-manager. Je nourris une passion toute particulière pour l’art_ la poésie et la musique en l’occurrence. Bercé dès le jeune âge par les vers renversants des légendes du hip-hop tels que Eminem et Youssoupha, j’ai nourri très vite et mûri en grandissant, une forte affection pour le rap, la parole vivante, qui sait se faire tendre, instructive ou agressive. Retrouvez moi sur Twitter ou Linkedin !
Vous aimerez aussiHHC
Recommandé pour vous
C'est Frais
Dans la rubriqueHHC
Recommandé pour vous
C'est brûlantHHC
Recommandé pour vous