Suivez-nous

Chronique Rap US

En 1998, Busta Rhymes nous lâchait un album classique, « E.L.E : The Final World Front » !

Publié il y a

le

image busta rhymes E.L.E extinction level event the final world front

L’année 1998 a été remarquable pour le Rap, mais pas seulement e France, comme on peut s’en douter. Aux USA, Big Pun, Public Enemy, Snoop Dogg, le Wu-Tang Clan, Xzibit, Fat Joe ont tous sorti un projet assez marquant, ainsi que beaucoup d’autres rappeurs de renom. Désormais largement diffusé par les radios et les chaînes de clips comme MTV, et surtout, possédant une très large diversité d’artistes, le rap US continue de prospérer toujours plus vite, avec de très grosses ventes.

Et parmi toutes ces stars, il y en a une qui détonne un peu plus que les autres. Grâce à sa folie, très certainement, mais aussi son talent, son énergie, son flow, sa voix, un peu de tout en fait : Busta Rhymes. Un artiste complet, et accomplie en 1998, lui qui est déjà dans le rap depuis 10 ans, d’abord avec les Leaders Of The New School, puis avec le Flipmode Squad, dans son propre label, pour enfin commencer une carrière de son côté en 1996. En 1998, il dévoile son troisième album solo, « E.L.E. (Exctinction Level Event) : The FInal World Front », qui est probablement un des plus aboutis de sa longue carrière. Il lui aura valu une véritable reconnaissance de la part de l’industrie, notamment 3 nominations aux Grammys.

Et il faut dire que c’est normal, car le projet est légèrement plus ouvert que ses deux précédents, avec quelques vrais hits, qui lui ont valu d »être mondialement connu, même si le fond reste toujours aussi hardcore et fou. Car Busta Rhymes est un adepte de l’apocalypse, qui prévoit la Fin du Monde pour la fin du millénaire, avec le début d’autre chose après. Et plus l’heure de la Fin approche, plus Busta devient hors de contrôle, sans filtres et sans limites. Autopsie d’un projet aussi fou que grandiose.

Tout casser puis tout reconstruire

Vous vous en doutez, Busta n’a pas beaucoup d’admiration pour la société actuelle, dont il remarque les déséquilibres, la violence, les mauvais côtés en général. Sous ses airs de fou qui veut crier avec un flow rigolo, se cache un artiste assez sensible des problèmes de ce monde, et qui a décidé de les dénoncer de manière très originale. Puisque c’est bientôt la fin du monde, Busta passe le temps en explorant les pires travers de la société, car tout ça n’aura bientôt plus d’importance. Dès le début de l’album, via un morceau pourtant assez doux, « Everybody Rise », il appelle tous ceux qui sont comme lui prêts à tout pour survivre à cette fin des temps à se lever et mettre le bordel à ses côtés.

Une sorte d’appel communautaire à l’insoumission et à l’autogestion, qui continuera d’ailleurs tout le long de l’album, enrobé parfois dans une bonne dose d’egotrip, selon lequel Busta Rhymes serait le meilleur rappeur du moment, que personne n’aura le temps de le rattraper avant l’an 2000 et la fin du monde, mais aussi le plus fou, le plus déterminé, et le meilleur coup (évidemment). Dans « Where We Are About To Take iT », il décrit un monde au bord de l’explosion peuplé d’individus dont les principes moraux sont de plus en plus absents, qui errent dans les rues à la recherche de n’importe quel type de profit, avec violence la plupart du temps. Une satyre déguisée et à peine exagérée de l’état  de certaines rues d’Amérique.

Si, avec cette annonce imminente de la fin du monde, Busta aimerait implicitement nous faire comprendre, avec cette fausse allégorie de la fin du monde (finalement, il parle plus d’un monde en perte de repères moraux, sans avenir pour la plus grande partie des gens), qu’il est temps de changer, il n’en oublie pas moins qu’il faudra reconstruire après avoir cassé. Il fait plusieurs fois référence à cette reconstruction, mais il est quand même plus doué pour parler de la destruction, comme on peut le voir sur « What the fuck you want »« Iz They Wildin Wit Us & Gettin RowdyWit US » ou « This Mean War » (vous reconnaîtrez la jolie performance d’Ozzy Osbourne). Mais finalement, le sens de ce rap de fou, s’il est important, l’est moins que le côté musical du projet.

Une ouverture réussie

Car avec cet album, Busta a ouvert de véritables portes au hip hop, suivant la voix de sgroupes les plus undergrounds du moment comme Onyx ou d’autres. De grosses touches rock sont présentes un peu partout sur le projet, bien pratique lorsqu’on parle de génération « no future ». Mais il  y a également des touches de funk, de jazz, d’electro, de house presque même, bref, de plein de choses, au point que c’est incroyable que tout ça ait pu rester cohérent, notamment quand on pense au grand écart musical entre « What’s it gonna be » avec Janet Jackson et « Tear Da Roof Off » par exemple. Il faut dire aussi que beaucoup de producteurs sont venus travailler sur le projet, comme Swizz Beatz, Nottz ou Diamond D, pour ne citer qu’eux.

Si tout ça tient ensemble, c’est grâce au talent, à la folie et au charisme de Busta Rhymes, qui grâce à ses mille flows. S’il excelle toujours dans le rôle de la mitraillette (comme sur « Gimme Some More »), il est aussi capable de poser un peu plus, d’articuler un peu plus, de faire des pauses aux bons moments, et on a du coup vraiment l’impression d’avoir affaire à un artiste accompli, comme sur « Party Is Goin’ On Over Here ». Si cet album fût celui de la consécration avec son disque de platine gagné en moins d’un mois, ça n’est probablement pas un hasard pour Busta Rhymes. Il a tapé juste, tout en visant large, et c’est ce qui est le plus dur à faire dans le rap. S’il a vendu à peine quelques exemplaires de moins par rapport à son projet précédent (la faute à une grosse concurrence lors de la sortie en décembre), « When Disaster Strikes… », la critique l’a beaucoup plus applaudi, et il a été largement plus diffusé.

Et ça s’explique par un côté bien plus entraînant et irrésistible de certains morceaux, comme « Take it Off » ou « Hot Shit Makin’ Ya Bounce ». A ce moment Busta Rhymes est au sommet de sa carrière, à la tête de sa propre structure,et ayant flairé le bon coup avec ces beatmakers dont certains auront beaucoup d’avenir. Parfois, le rap, ça peut être aussi simple que ça : les bons rappeurs entourés des bonnes personnes, ça peut donner un énorme succès, qui s’est écoulé aujourd’hui à plus de 1,7 millions d’exemplaires. Et ça, ce n’est pas rien.

Advertisement
Cliquer pour commenter

Lâche ton com

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hommage

image 2pac 23 ans décès

2Pac : 5 événements marquants de sa carrière

C’est Frais

image-queen-latifah-prix-harvard image-queen-latifah-prix-harvard
Actu Rap US4 heures

Queen Latifah va être honoré par Harvard

L’une des figures du Hip Hop va recevoir le prix Médaille W.E.B. Du Bois pour sa contribution à l’histoire et...

PnB-Rock-arrete-image PnB-Rock-arrete-image
Actu Rap US4 heures

Le rappeur PnB Rock a été arrêté dans le sud de la Californie

Pour le moment, les raisons de cette nouvelle arrestation de PnB Rock sont encore inconnues. Les faits se sont déroulé...

image-mc-solaar-qui-seme-le-vent-recolte-le-tempo-28-ans image-mc-solaar-qui-seme-le-vent-recolte-le-tempo-28-ans
Classiques Rap Français4 heures

Il y a 28 ans, MC Solaar sortait « Qui sème le vent récolte le tempo »

Le classique de Solaar fête aujourd’hui ses 28 ans. Qui sème le vent récolte le tempo est le premier album...

slaughterhouse-joe-budden-remplace-image slaughterhouse-joe-budden-remplace-image
Actu Rap US4 heures

Joe Budden conseille à ses potes de Slaughterhouse de le remplacer pour relancer le groupe

Si Slaughterhouse venait à reprendre du service, quel MC verriez-vous rapper aux côtés de Royce Da 5’9 », Joel Ortiz et...

image-deezer-la-relève-2-2019 image-deezer-la-relève-2-2019
Albums Rap Français5 heures

Deezer dévoile le deuxième volume de « La Relève » [Stream]

Le site de streaming a dévoilé sa deuxième compilation dédiée aux jeunes talents du rap francophone. 6 mois après le...

image-vh-gang-clip-plein-la-tête image-vh-gang-clip-plein-la-tête
Clips Rap Francais 2018 & 20195 heures

VH Gang et Le K ont des envies d’argent « Plein la tête » [Clip]

Le groupe du 77 dévoile un premier extrait de leur prochaine mixtape. Si ne connaissez pas encore VH Gang, cela...

karim-barouche-rip-hommage-image karim-barouche-rip-hommage-image
Danse Hip Hop6 heures

Kool Shen, Oxmo, Rockin’ Squat… Les rappeurs réagissent à la mort de Karim Barouche

Kool Shen, Oxmo, Rockin’ Squat… Quand des légendes rendent hommage à une autre légende, Karim Barouche. Hier matin, nous apprenions...

image apple service streaming vidéo annonce image apple service streaming vidéo annonce
High Tech6 heures

Apple partagerait les données personnelles des utilisateurs avec un géant chinois

Une fois de plus, une entreprise occidentale est suspectée de collaborer avec le régime chinois. Dans le milieu de la...

the-lyrical-gift-netflix-rhythm-flow-image the-lyrical-gift-netflix-rhythm-flow-image
Actu Rap US22 heures

Un candidat de Rhythm + Flow balance une diss track contre Quavo

Rhythm + Flow vient à peine de débarquer sur Netflix, que des hostilités s’engagent déjà entre le jury et les...

lauryn-hill-nouveau-single-image lauryn-hill-nouveau-single-image
Actu Rap US23 heures

Lauryn Hill va sortir un nouveau single en solo, une première depuis cinq ans

Ce nouveau titre très attendu de Lauryn Hill figurera sur la bande-originale du film « Queen & Slim ».Quand on parle de...

Advertisement

Société

image-dans-leur-regard-jharrel-2019

Jharrel Jerome dans le rôle de Korey Wise dans la série "Dans leur regard"

Bons Plans

X