in

25 ans après La Haine, Mathieu Kassovitz dénonce les violences policières

Mathieu Kassovitz actu violences policières

Au grand désespoir de Mathieu Kassovitz, les violences policières qu’il dénonçait dans son film La Haine sont toujours d’actualité, encore plus aujourd’hui.

Il y a des films qui, malgré le temps qui passe, restent gravés dans nos mémoires. C’est le cas de la Haine, chef-d’oeuvre cinématographique de Mathieu Kassovitz. Ce qu’on aimerait oublier en revanche, c’est le phénomène qu’il dénonce, à savoir les dérives policières et les bavures. Malheureusement, l’actualité récente nous a prouvé que plus de deux décennies plus tard, peu de choses ont changé. C’est pour cela que le réalisateur a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme.

Mathieu Kassovitz monte au créneau

Alors qu’il célébrait les vingt-cinq ans de son film et de sa BO sur Instagram, Mathieu Kassovitz n’a évidemment pas pu rester silencieux au sujet de la situation aux Etats-Unis suite au meurtre de Grorge Floyd par un policier blanc. Comme beaucoup de personnalité, il a pris la parole pour fermement condamner les actes des policiers.

Dans sa prise de parole face caméra, le réalisateur de 52 ans déclare : « Je ne peux pas parler du film sans parler de ce qu’il se passe aujourd’hui, pas seulement aux États-Unis, mais partout dans le monde, les brutalités policières sont toujours d’actualité » 

Au-delà de simplement dresser le problème, il a tenu à en expliquer les causes, en pointant du doigt l’inaction et la complaisance des politiques face aux débordements de certains policiers.

 « Les seuls responsables des bavures policières sont les politiques. Nous acceptons sans problème que des policiers fassent des erreurs et que des jeunes tombent sous les coups de la police pour différentes raisons. Mais ce que nous voulons c’est la justice. » 

Dépassé par l’actualité, Mathieu Kassovitz a terminé sa vidéo avec un message d’espoir et de force : « Ça fait 25 ans qu’on survit. Et on va continuer ».

Justice pour Adama

Bien entendu, il rappelle que si la mort de George Floyd est une ignominie, ces actes odieux ne datent pas d’hier et surtout, ne se passent pas qu’aux Etats-Unis. En France également, l’Etat et la justice ne font pas leur travail. Il illustre ses propos avec l’exemple d’Adama Traoré décédé en 2016 des mains de la police.

Solidaire avec la famille Traoré, Kassovitz rappelle que quatre ans se sont écoulées depuis ce drame, mais que justice n’a toujours pas été faite. Pire encore, il déplore  « Ça fait quatre ans qu’on attend que justice soit faite et on nous explique qu’Adama avait des problèmes cardiaques comme si le fait de lui avoir enfoncé la cage thoracique n’était pas responsable de sa mort […] ça c’est de la brutalité policière et c’est contre cela qu’on doit se battre. »

Il n’est d’ailleurs pas le seul à lutter pour l’honneur d’Adama. Omar Sy également a fait entendre sa voix lors d’une manifestation à Los Angeles en hommage à George Floyd. Il s’est photographié tenant une pancarte « I Can’t Breathe », en référence aux dernières paroles de ce dernier, et a tenu à rappeler que les victimes tombées sous les coups des forces de l’ordre sont nombreuses. Mais jusqu’ici tout va bien n’est-ce pas ?

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Black out Tuesday image solidaire HHC

« Black Out Tuesday » : quand l’industrie musicale se mobilise

Fuck The Police FTP YG

YG dévoile « FTP » (Fuck The Police), un nouveau son contre les violences policières