in

CoolCool

Les reconversions surprenantes des rappeurs

Si certains rappeurs ont des reconversions plutôt conventionnelles, d’autres empruntent un chemin plus « bizarre ». Petit tour d’horizon de ces trajectoires.

Si la vie est courte, une carrière dans le rap l’est encore plus. De nombreux rappeurs se reconvertissent dans différents domaines une fois la lumière des projecteurs baissées. Certains restent dans le monde de la musique, en produisant ou en écrivant pour d’autres artistes. On ne compte plus le nombre de rappeurs qui ont écrit pour des artistes populaires (Tunisiano, Sam’s,…). D’autres, comme Joe Budden, gardent un pied dans la musique en animant des émissions spécialisés dans le hip-hop. Pour une minorité d’artistes, les reconversions sont clairement moins académiques. Du réalisateur de film pour adultes à l’investisseur, voici quelques rappeurs aux trajectoires peu académiques.

Sat de la Fonky Family : Community Manager

Si Le Rat Luciano est le plus connu, Sat était également l’un des membres les plus célèbres de la Fonky Family. Enfant de la cité phocéenne, celui qui fait appeler l’artificier n’a jamais caché son amour pour l’OM. Il a entre autres fait des avant-match et fait un clip dans le cadre de la finale de l’europa league en 2018. Mais sa passion pour le club ne s’arrête pas là.

De 2013 à 2015, Karim Haddouche de son vrai nom s’est occupé des réseaux sociaux de l’Olympique de Marseille. Aujourd’hui, il est speaker au vélodrome et fait de son mieux pour mettre l’ambiance dans le stade.

Styles P et Jadakiss : Resto Healphy

Beaucoup de rappeurs ont ouvert un restaurant, la plupart y ont investi dans des fast foods comme par exemple Seth Gueko. Certains prennent la tendance à contre pied comme Styles P et Jadakiss. Les deux rappeurs ont ouvert en 2015 dans leur quartier d’origine du bronx un bar à jus de fruits.

Au-delà de créer un restaurant, les deux rappeurs voulaient aller plus loin. Ils voulaient changer les habitudes alimentaires des personnes issues des quartiers défavorisés. Celles-ci allant dans de la restauration rapide ou consommer des smoothies chargés en sucre.

DJ Yella : Réalisateur de pornos

DJ Yella n’est pas resté longtemps de le monde du rap. Après avoir été le DJ de NWA, il sortira un album solo en 1996 avant de quitter définitivement la musique. Et c’est dans la réalisation de films pornographiques qu’il se lancera. L’ancien comparse de Easy-E prendra même son nouveau job très à cœur. « Ce n’était pas pour m’amuser hein, c’était très sérieux. Un vrai business. » déclarait t’il quand à son activité.

Il y restera pendant 12 ans avec environ 300 films à son compteur. Il y accumulera toutes les casquettes entre réalisateur, producteur et même photographe. Parmi ses réalisations, on peut y voir des références à sa carrière dans le hip-hop comme par exemple H.W.A.: Hoes With Attitude.

Maze : Pasteur

Cela faisait depuis 1999 que l’ancien compère de Puff Daddy est pasteur dans sa propre église. Maze fera ses sermons en parallèle d’un cursus universitaire et sortira même un album du nom de Welcome Back en 2004. Si il a tenté un retour dans le rap au sein de G-Unit, des raisons contractuelles feront qu’aucun projet ne sortira au final.

Il déserta finalement les bancs de l’église aux environs 2014 à la suite de son divorce. Plutôt cocasse vu que Maze donnait souvent des conseils aux couples en difficulté.

Kamelancien – Coach de MMA

Kamelancien a toujours assumé sa passion pour les sports de combat. Il avait par ailleurs arrêté brièvement sa carrière de rappeur en 2010 pour se consacrer au pancrace. Il fera son retour l’année d’après avec La Fouine sur « Vécu » avant de sortir l’abum Coupé du monde en 2013. Après un autre projet en 2015, il abandonnera définitivement le rap pour se consacrer au MMA.

Il est aujourd’hui professeur de grappling et de MMA au Kumite Team, un club de sport de combat dans sa ville d’origine, le Kremlin-Bicetre.

Lil B – « Basketteur »

Si de nombreux joueurs NBA se sont lancés dans le rap avec plus ou moins de succès, l’inverse s’est également produit. Lil B a essayé de percer à deux reprises dans la ligue de basket la plus prestigieuse au monde.

En 2012 , il fera un essai pour intégrer la réserve des Golden State Warriors qui ne sera pas concluant. Mais ça n’a pas n’empêche le rappeur californien de croire en son rêve. Cinq ans plus tard, il retenta sa chance pour intégrer les Delaware 87ers, équipe réserve des 76ers de Phalidaelphie. Soyons honnêtes, nous sommes plus proche du troll que du vrai projet professionnel. Car l’homme qui culmine à un petit mètre 68 n’a jamais été un grand joueur dans sa jeunesse à contrario de The Game.

JP – Acteur, réalisateur

Petit détour par l’actualité avec Jean-Pascal Zadi. Le réalisateur de Tout Simplement Noir était de base rappeur avant de démarrer une carrière cinématographique. Si ce genre de reconversion est loin d’être surprenante, sa carrière d’acteur surpasse largement celle qu’il a eue dans le milieu du rap. On pourrait limite comparer cette trajectoire à celle de Will Smith.

Sous le pseudonyme de JP, il fera partie du groupe La Cellule avec deux amis à lui. Leur discographie comptera deux albums studio : Nos âmes et nos actes, en 1999, puis  Jeune Thug en 2008. Dans plusieurs interviews, celui qui a grandi dans le Calvados revendique l’importance que le rap a eue sur sa vie. Sa première réalisation a d’ailleurs été un documentaire sur le rap indépendant paru en 2005 du nom Des halls aux bacs.

Chamillionaire – Investisseur

Chamillionaire est un homme qui a connu un succès assez éphémère dans le rap. Mais on ne peut pas nier que son morceau « Ridin' » fut un véritable tube en 2005. Cependant il n’a pas attendu de cartonner dans la musique pour essayer de se faire de l’argent ailleurs. Dès 2003, il investira dans une concession automobile et fera d’autres investissements dans des start-ups, dont UpFront Ventures en 2009.

On ne peut pas nier non plus que ces investissements soient rentables. Il a entre autre vendus ses parts du network Maker Studios à Disney pour 700 millions de Dollars. Il est aujourd’hui validé par les plus grands entrepreneurs, notamment pour son activité sur les réseaux sociaux inédites à l’époque. A t’il réussi sa reconversion ? Je crois que la question elle est vite répondue.

Paul Wall – Fabriquant de Grillz

Ami de Chamillionaire, avec qui il avait sorti un album commun de Get Ya Mind Correct, Paul Wall aura aussi son succès dans les années 2000. Son album solo The peoples Champ sera aussi un énorme carton en 2005. Pourtant dès 2002, il s’associera avec le bijoutier Johnny Dang pour ouvrir sa boutique de Drills (dents en or).

Dans une interview il avouera même que ce business est limite plus lucratif que le rap en lui même. Il aura pour clients notables des gros noms comme Puff Daddy et Lil Jon. Contrairement à d’autres reconversions vues précédemment, Paul Wall a gardé un pied dans le milieu du rap.

Tiers Monde – Mangaka

Revenu récemment au rap avec son ep Mamadou, Tiers Monde a eu un emploi du temps chargé durant son absence. Le Havrais s’est permis d’être scénariste d’un manga du nom de Nako. Un livre qui compte déjà trois opus et qui fut même publié au Japon. Le proche de Médine au sein du label Din Records a toujours assumé sa passion des Mangas, lui qui est de la génération club Dorothée.

Celui qui se fait aussi appeler Tiers possède également une chaîne Twitch ou il partage une autre passion, les jeux vidéos.

D’autres rappeurs se sont illustrés avec leurs investissements, on peut parler de Fianso ayant placé son argent dans une équipe d’Esport en France. Plus entrepreneurs que nos compatriotes, les rappeurs américains hésitent moins à avoir des projets ambitions. Peut-être que Kanye West rejoindra vite cette liste si il est élu président des états-unis.

What do you think?

Kanye West rend hommage à sa mère

Kanye West rend hommage à sa mère décédée avec « Donda » [Stream]

Snoop Dogg et dmx en battle

Snoop Dogg et DMX vont faire un battle sur Instagram